jeudi, septembre 29

Le CNRD enfile à nouveau son battle-dress contre les anciens dignitaires (Edito Djoma de Mognouma)

On les avait presqu’oubliés. Cependant, convaincus d’un destin présidentiel immédiat, ils ont refusé d’être placardés, au risque de voir leur ambition pour un retour aux affaires, s’éteindre.

Les anciens dignitaires du régime déchu d’Alpha Condé, ont alors décidé de relancer le RPG AEC, leur formation politique.

Dans l’euphorie du sentiment de réussite de la convention extraordinaire, qui devrait marquer le début de la reconquête du pouvoir, et qui a mobilisé aussi bien les militants que beaucoup de sous, pendant que les comptes des responsables du parti qui sont des anciens dignitaires, sont presque tous gelés, le CNRD décide d’enfiler à nouveau son battle-dress.

La suite se passe de commentaires. L’ancien premier Ministre Dr Ibrahima Kassory Fofana et l’ensemble des membres de son gouvernement, sont à nouveau convoqués devant la cour de répression des infractions économiques et financières.

C’est pour dire qu’ils devront payer pour leur prétention politique prématurément exprimée, pendant que les craintes d’un retour de la manivelle au sommet de l’Etat, sont encore loin de se dissiper.

L’agenda de la transition, pour l’heure illisible, créant ainsi une grande incertitude, favorise d’avoir une attention à la clameur publique et aux mouchards pour une réaction émotive des dirigeants.

Dans le groupe de ces anciens dignitaires convoqués, ceux qui ont pourtant décidé de se faire discrets, devraient eux-aussi répondre.

C’est un rappel inquiétant du film de cette autre invitation par l’homme du palais Mohamed 5, qui a sérieusement admonesté ses invités. C’était suite à la première tentative de relance du parti, après le coup de boutoir subi par celui-ci, le 05 septembre.

Là aussi, ceux qui ont décidé de se faire discrets, ont payé pour l’expression quasi inopportune par les autres, d’une prétention politique prématurée. C’est comme si leurs sorts sont obligatoirement liés, en dépit du principe universel de la responsabilité individuelle des actes délictueux.

Cependant, le délit reste à prouver. Car, le fait d’être un parti au pouvoir qui a été délesté du prestige de gouverner, ne peut être constitutif d’un fait délictuel. Subséquemment, le cirque de convocations devient alors loufoque. Il a, à cet effet, tout l’air d’un acharnement ou d’une mise sous cloche d’une opinion politique qui doit être pourtant libre et indépendante.

D’où le débat sur le fonctionnement de la CRIEF. Cette juridiction d’exception dont la création a été bien saluée dans un pays où l’administration était devenue une caverne de brigands, fait aujourd’hui l’objet d’interrogations et de suspicions. Ses méthodes et son agenda sont tout aussi questionnables.

Désormais, sa priorité, c’est de se blanchir d’une présomption largement partagée dans l’opinion. Celle qui consiste, à lui coller, à tort ou à raison, l’image d’un instrument au service d’une prétention ou d’un désidérata de la hiérarchie politique actuelle. C’est du moins l’appréciation assumée par des politiques.

Mognouma Cissé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com