dimanche, octobre 24

Violences conjugales : le ministère de l’Intérieur va expérimenter la « plainte à domicile »

Pour améliorer la prise en charge des violences conjugales, relate Le Parisien, la « plainte à domicile » va être mise en place dès la fin d’année, ont annoncé Gérald Darmanin et Marlène Schiappa.

Il s’agit de lutter contre la « peur du commissariat ». Mercredi 13 octobre, à l’issue du Conseil des ministres, Gérald Darmanin et Marlène Schiappa ont annoncé la mise en place, pour expérimentation, de la « plainte à domicile » dans le cadre de la lutte contre les féminicides. Concrètement, relate Le Parisien, le dispositif autorisera – « dans certains départements » – gendarmes et policiers à se déplacer à domicile ou chez autrui pour recueillir la plainte d’une femme victime de violences conjugales. « Si vous êtes une femme violentée et que vous avez choisi d’être chez votre assistante sociale, votre amie, votre maman ou à la mairie parce que vous avez peur du commissariat, alors les forces de l’ordre pourront se déplacer », a expliqué le ministre de l’Intérieur lors de sa prise de parole.

Plainte à domicile, et bientôt en ligne

Cette peur du commissariat, a encore détaillé Gérald Darmanin, peut s’expliquer par « l’accueil qu’on peut vous apporter, le regard des autres, la difficulté de rentrer dans un commissariat ». Autant de paramètres qui n’aident pas à traiter efficacement les affaires de violences conjugales. L’expérimentation, qui sera opérationnelle dans une liste de départements à paraître « dans les prochains jours », s’ajoute d’ailleurs au dépôt de plainte à l’hôpital – une mesure également expérimentale engagée à l’issue du Grenelle des violences conjugales, organisé en 2019. Enfin, comme l’avait annoncé Emmanuel Macron en septembre dernier, le dépôt de plainte en ligne devrait également « être mis en œuvre dès 2023 ». Pour l’heure, note Le Parisien, cette procédure informatisée n’est disponible que pour « certains vols, la dégradation volontaire de véhicule, le vol de deux-roues non immatriculés, le graffiti, les cambriolages et l’utilisation frauduleuse des moyens de paiement ».

Valeurs Actuelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com