mardi, octobre 26

Conakry : Tierno Monénembo pense que de « longue transition n’apporte rien de bon » (Entretien)

L’histoire se répète-t-elle en Guinée ? De Sékou Touré à Alpha Condé en passant par général Lansana Conté, cette fois-ci encore des militaires s’apprêtent à diriger le futur gouvernement de transition, à la suite du coup d’Etat du 5 septembre 2021 à Conakry. De mémoire, la transition militaire a toujours suscité l’espoir chez des guinéens estimant que celle-ci sortira en vain le pays de l’ornière via des reformes entre autres. Le gouvernement de transition dirigé par le général Sékouba Konaté alias El tigre en est une parfaite illustration, dit-on.

En dépit de tout, le célèbre écrivain franco-Guinéen se dit optimiste quant à la démarche de la junte dirigée par le colonel Mamady Doumbouya. Dans un entretien accordé jeudi 23 septembre 2021 à la rédaction de votre quotidien d’informations générales et d’investigation (www.guineerealite.info), Tierno Monenembo se dit favorable à une transition courte, consensuelle et peu politisée, souhaite-t-il.

« Il faut une transition consensuelle (…) C’est ce que je souhaite. Et j’ai l’impression que pour l’instant l’état d’esprit au niveau des militaires qui ont pris le pouvoir va dans ce sens. J’ai l’impression qu’ils veulent discuter avec toutes les composantes de la société guinéenne et dégager une perspective de solution. Je souhaite une transition courte, de longue transition n’apporte jamais rien de bon ».

Cependant, Monenembo prévient, « les militaires quand ils prennent goût au pouvoir et à l’argent, ils ne quittent plus, ils ont des mitraillettes donc ils peuvent parfaitement rester au pouvoir autant qu’ils le veulent. On est en train de voir le cas au Mali. En plus les militaires surtout africains ne sont jamais compétents (…) Les coalitions vont se forger très rapidement ils vont se mettre à se canarder. Il nous faut une transition courte un an c’est l’idéal, un an et demi au maximum et un gouvernement d’union nationale pourquoi pas, mais surtout un gouvernement neutre, un gouvernement très peu politisé », déclare-t-il avant de rappeler la « grosse erreur » survenue en 2010.

« Nous avons fait la grosse erreur en 2010 de nommer un Premier ministre de transition chef de parti politique ça ne se fait pas. Un Premier ministre de transition est une personnalité neutre très peu connue déjà qui n’a aucune ambition politique, qui est là juste pour la transition. Et la transition à deux rôles essentiels c’est expédier les affaires courantes et de tracer les perspectives de réformes pour ceux qui vont les suivre, c’est leur seul rôle, il y’en a pas d’autres. Les questions de fonds reviennent à un gouvernement issu des élections. La transition ne règle pas les questions de fonds ni institutionnel, ni géostratégique, ni économique, ce n’est pas son rôle ça. On ne peut pas tout régler au cours d’une transition. Les choses se régleront à travers les différents gouvernements issus des urnes. Ce qu’il faut faire dès maintenant, c’est d’organiser des élections propres. Toutes les élections en Guinée ont été des élections sales ces derniers temps, ce sont des magouilles, ce sont des manipulations, il nous faut des élections propres. Que le peuple de Guinée choisisse lui-même son président, ni les grandes puissances, ni les militaires ni les autres catégories sociales », a martelé Tierno Monemembo au micro de notre reporter.

Madiba Kaba / madibak@guineerealite.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com