Dialogue politique : à défaut d’arrêter l’hypocrisie, réduisons au moins la dose ! (Par Aliou Bah)

L’histoire de l’humanité a révélé que seules les personnes vertueuses sont capables de faire du dialogue un moyen de règlement des conflits. Cela s’explique par le fait que leur Grandeur se mesure par les valeurs et principes qu’elles portent. Tout le contraire de ceux qui pensent que la respectabilité s’acquiert par un titre ronflant qui leur donne le droit d’être arrogant, cruel et roublard.

En effet, un gouvernement qui ne respecte pas la vie des citoyens et les lois de la République, est-il crédible pour prononcer le mot « dialogue » ? Des dirigeants corrompus, illégitimes et méchants, sont-ils qualifiés pour faire la morale ? Que vaut la parole de celui qui a violé son double serment SACRÉ prononcé solennellement à la face du monde ?

Malheureusement pour notre pays, au lieu de dire les choses telles qu’elles sont, il y a certains qui ont pris l’habitude et le malin plaisir de manipuler et distraire l’opinion publique avec des concepts creux dont ils ne croient nullement. Ils ne se déploient jamais pour exiger la justice et le respect des lois ou défendre les victimes et promouvoir les bonnes pratiques pour améliorer le vivre ensemble.

C’est le cas en présence avec ceux qui ont renié l’ensemble de leur prétendu combat politique pour incarner toutes les contre-valeurs de la démocratie. En plus d’avoir illégalement confisqué le pouvoir et priver ainsi les Guinéens de leur droit à l’alternance démocratique, ils ont fabriqué un régime répressif qui a incarcéré des centaines d’innocents dont certains sont morts en prison. Ils refusent de rendre justice sur plus de 200 cas d’assassinats et de milliers de victimes d’abus et exactions.

De Wanindara à Soronkoni, de Kaporo rails à N’zerekoré, de Labé à Bambeto sans oublier l’horreur des prisons politiques dont la maison centrale de Conakry, que ce qui nous reste à voir pour se faire une idée sur ce régime dépourvu d’humanisme ? Toujours est-il que nul n’a besoin de lunettes pour reconnaître un monstre. Alors chacun est libre d’aller se faire mordre, bouffer ou enfumer encore sous prétexte d’un dialogue avec des gens dont la seule chose qui compte est la jouissance du pouvoir sans limites et à n’importe prix.

Aliou BAH MoDeL

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info