Éventuelle hausse du prix des produits pétroliers : des citoyens de Conakry rejettent en bloc cette « décision gouvernementale » (réactions)

Lors de sa récente sortie médiatique, le PM Ibrahima Kassory Fofana avait annoncé une éventuelle augmentation du prix des produits pétroliers. A en croire le chef du gouvernement, la mesure pourrait entrer en vigueur dès après le mois saint de ramadan.

Décidemment, les consommateurs n’apprécient pas du tout cette décision gouvernementale qui, selon eux, maintiendrait tout simplement la population guinéenne dans la précarité. Lisez plutôt quelques réactions recueillies vendredi 26 mars 2021 dans les rues de Conakry.

« Je pense que cette décision est une foutaise et une insulte envers le peuple de Guinée. quant on sait que l’augmentation du prix du carburant ou sa diminution est due à la flexibilité du prix  sur le marché  international. Lorsque le prix du baril monte à l’international on augmente le prix à la pompe et vice-versa. Dans la mesure où, lorsque le prix avait diminué sur le marché international, le gouvernement n’a pas daigné diminuer le prix du carburant quand bien même que la population s’était révoltée et que le gouvernement décide maintenant là d’augmenter le prix des produits pétroliers, je pense que c’est une foutaise », nous a confié un citoyen qui a requis l’anonymat.

A la différence de son prédécesseur, Mamadouba Sylla n’est pas du tout surpris. « Pour moi ce n’est pas une surprise, vu ce qui s’est passé avec les élections, c’était quand même prévisible après les élections le pays tombe dans une crise économique infernale. Ce n’est pas au peuple de Guinée de payer les frais de la mauvaise gouvernance mais nous sommes en Guinée et on n’y peut rien. On sait que financer une élection en Afrique ce n’est pas fait pour les petits pays comme le nôtre. Je me demande qu’est-ce qu’on a pour prendre en charge une élection nationale ? Rien du tout et c’est au peuple de défendre son droit. Si l’État crée des dépenses pour ensuite faire payer cela par les pauvres citoyens, je crois que le peuple ne doit pas rester bras croiser », lance-t-il.

Mandjou Touré étudiant en licence 2 sociologie demande la clémence du président Alpha condé. Pour lui, augmenter le prix du carburant en ce moment serait une mauvaise décision. « Dans notre pays, ça ne va pas du tout, donc augmenter le prix de carburant, c’est maintenir la population dans la précarité qui ne dit pas son nom. Les gens souffrent, les prix ont flambé sur le marché, on ne sait plus où se donner la tête. La hausse du prix du carburant entraînerait automatiquement la hausse du prix du transport et ce n’est pas arrangeant pour nous les étudiants et pour l’ensemble du peuple de Guinée », a plaidé Monsieur Touré.

Dans le même ordre d’idée, une lycéenne a bien voulu s’adresser au chef de l’État Alpha Condé. « Je demande au président de sortir de son palais pour voir la souffrance de sa population. Je pense, il n’a pas la bonne information sur le quotidien du guinéen lambdas, sinon il ne parlerait pas de hausse en ce moment-là. Tout est cher maintenant, la vie est dure, il n’a qu’à avoir pitié de cette pauvre population », a plaidé à son tour Aminata Fadiga.

Entretien réalisé par Madiba Kaba / madibak@guineerealite.info

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info