samedi, juillet 2

Jour : 19 février 2021

GABON : deux morts dans des manifestations contre les mesures anti-Covid (Afp)

A la Une, Politique, Société
Deux hommes ont été tués par balles jeudi soir à Libreville dans des manifestations contre les mesures restrictives de lutte contre le Covid-19, ont annoncé vendredi la police et le Parquet gabonais qui les accusent d'avoir violé le couvre-feu. Depuis trois jours, des habitants de la capitale et d'autres grandes villes bravaient le couvre-feu en tapant sur des casseroles et des bidons, mais jeudi soir, ces rassemblements sporadiques ont dégénéré en affrontements avec la police. Dans des quartiers populaires de Libreville, « les personnes qui ont dressé les barricades ont accueilli les forces de l'ordre avec des jets de pierres, de cocktails Molotov ou de barres de fer », a déclaré dans un communiqué filmé le général Serge Hervé Ngoma, le chef de la Police nationale. « Dans des circonstan...

Me Mohamed Traoré rappelle, « quand une personne est poursuivie pour fabrication, stockage, détention d’armes… »

Libre Opinion, Politique, Société
Lorsqu'on juge une personne pour un crime, l'arme du crime, préalablement placée sous scellé, doit être présentée au juge et faire l'objet d'un débat contradictoire. Quand une personne est accusée de trafic de drogue, un échantillon au moins de celle-ci doit être présenté au juge. De même, quand une personne est poursuivie pour fabrication, stockage, détention d'armes, il faut absolument présenter au juge la ou les armes saisies et placées sous scellé. On ne peut pas tenir un procès et se contenter de dire que les armes sont sous scellé sans les présenter au juge. C'est le minimum en termes de procès juste et équitable. Et il est du devoir du juge, en tant qu'arbitre, de demander que lui soient présentés les objets placés sous scellés au cas où le poursuivant ne le ferait pas spontanément...

Reporters sans frontières : notre correspondant Khaled Drareni enfin libre !

A la Une, Communiqué, Politique, Société
Après 11 mois de détention arbitraire en Algérie, notre correspondant Khaled Drareni est enfin libre ! C'est avec un profond soulagement et une grande joie que toute l'équipe de RSF partage avec vous cette formidable nouvelle ! Depuis l'arrestation de Khaled le 29 mars dernier alors qu’il couvrait le mouvement de contestation du Hirak, l'équipe de Reporters sans frontières et les membres de son comité de soutien se sont battus pour maintenir la pression sur les autorités algériennes afin d'obtenir au plus vite sa libération. Victime d’un acharnement sans précédent, Khaled vient finalement de bénéficier d’une grâce accordée par le président Abdelmadjid Tebboune.  À quelques jours du deuxième anniversaire du soulèvement populaire du Hirak, le chef de l’Etat algérien a annoncé aujourd'hui, ...
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com