Petit Kandia à Guinée Réalité : « ma façon de faire la musique, personne ne peut le faire en Guinée … » (Interview)

Petit Kandia est l’un des nominés de la 2ème édition des « Victoires de la musique guinéenne », déroulée au mois de décembre dernier à Conakry. L’artiste a dédié ce trophée à ses fans et au peuple de Guinée. Il s’est confié, jeudi 14 janvier 2021 à notre rédaction. L’artiste s’est aussi prononcé sur la pandémie du nouveau Coronavirus qui paralyse complétement le monde de la culture.

Lisez son interview !

Dans la plupart de vos chansons, vous exhortez des gens à faire du bien, par ricochet à éviter de « détruire » leurs semblables. Quelles sont vos sources d’inspiration, s’il vous plaît ?

« Mes sources d’inspirations ça vient de loin, ça vient du village, des quotidiens, dans les familles, les relations humaines et ça vient aussi de moi-même. En fait, quand j’observe les choses, j’écoute les gens, j’interroge la nature, ça m’inspire et j’essaie de conseiller, j’essaie de dire aussi la vérité »

La musique occupe une grande partie de votre existence, quelles sont vos autres passions ou centres d’intérêt en dehors de cette musique ?

« La musique aujourd’hui c’est ma vie bien-sûr. En dehors de la musique je fais mes business mais je ne les colle pas à la musique parce qu’en Guinée quand tu colles seulement d’autres choses à la musique tu vas souffrir plus tard. Moi personnellement j’ai vu des exemples ici, il y a des doyens qui sont décédés dans la misère donc un artiste doit impérativement se préparer pour ne pas subir les revers de la vie. Tu profites de ton image, tu fais quelque chose qui peut aussi te rapporter de l’argent, c’est très important ».

2020 a été une année difficile pour le monde culturel à cause de la pandémie du nouveau coronavirus. Comment vous vous êtes organisés pour y faire face, loin des spectacles ?

« Dans la vie tout est question d’organisation. Quand tu t’organise bien tu vas t’en sortir. Covid-19 est arrivé, bien sûr on a fait un bon moment sans les concerts ni rien mais Dieu merci, moi j’étais là avec ma famille on vivait pas mal. Il n’y avait pas de concerts, il n’y avait pas d’argent mais on était organisé pour y faire face sans problème, Dieu merci on s’en sort ».

Vous avez récemment initié un concept « les 2 Kandia sur scène ». Pourquoi cette initiative ?

« L’idée vient de loin. Normalement c’était deux vedettes sur scène mais on a mis les 2 Kandia sur scène pourquoi ? Parce que au moment où je voulais faire pendant les fêtes de ramadan et Tabaski il y avait déjà  la covid-19, donc on a pas pu le faire. Mais dès qu’ils ont débloqués la situation en fin d’année on a donc décidé de le faire avec le soutien de ma femme que je salue de passage. Ma femme m’a soutenu à 100% pour la réussite de ce spectacle, parce que c’est mon image, donc nous sommes allés vers les sponsors qui ont accepté de nous accompagner. J’avoue que cette première édition a été une réussite totale ».

Votre album intitulé « Du Bien » sorti au mois de décembre 2019 a été récemment élu meilleur album de l’année aux « Victoires de la musique guinéenne ». Comment vous avez accueilli ce trophée ?

« Avec beaucoup d’humilité. C’était vraiment chaleureux, Je suis très content de recevoir ce prix. Ils ont dit la musique guinéenne et moi je ne que fais ça. Mes sources d’inspirations c’est la Guinée. Je vais parfois jusqu’aux villages profonds pour m’inspirer des réalités de là-bas. Donc si on me donne ça, je ne dirais que merci aux organisateurs, mes fans et aux membres du jury et au peuple de Guinée auquel je dois ce trophée ».

Et justement, quel regard portez-vous sur la musique guinéenne d’aujourd’hui ?

« La musique guinéenne se porte bien aujourd’hui. Il y a de la tendance qui est là, même si on ne joue pas le folklore à 100% mais je dirais que la musique guinéenne se porte bien parce que partout en Afrique de l’ouest on écoute la musique guinéenne. Donc moi je pense que ça va, Dieu merci les gens profitent de notre musique et on exporte la culture guinéenne à travers le monde. C’est une bonne chose pour notre beau pays ».

Avec la nouvelle génération, vous n’avez pas peur de perdre le terrain ?

« Sourire ! Je ne me sens pas bousculer parce que ce que je fais, personne ne peut le faire en Guinée, ma façon de faire la musique est unique donc je ne me sens pas du tout bousculer par qui que ce soit, voilà ».

Nous sommes en 2021. Parlez-nous de vos perspectives pour cette année.

« En ce moment je suis sur mes business et je n’ai pas oublié aussi la musique. Tout récemment j’étais au studio, j’ai enregistré quatre titres, donc tout ça c’est pour préparer 2021. Je suis aussi sur mes projets petit à petit mais je ne vais pas les dévoiler ici (rire) parce qu’il y a trop d’égoïsme en Guinée. Dès que tu dévoiles tes projets ils vont chercher à te bloquer, voilà pourquoi je suis discret. Je ne parle pas de mes projets mais quand je serais prêt vous aller voir ».

La Guinée vient de sortir d’une élection émaillée de violences, à la clé de morts d’hommes et de destruction de biens publics et privés. Certains de vos concitoyens dénoncent le silence « coupable » des artistes. Que répondez-vous ?

« Je regrette qu’on en arrive à ce niveau en Guinée à cause d’une élection. Moi, je ne suis pas politique, je suis un chanteur mais je pense qu’en Guinée c’est chacun pour soi Dieu pour tous. Les politiciens peuvent aller là où ils veulent, les chanteurs que nous sommes je leur dirais bonne chance. Moi, personnellement ça ne me dit rien. Je fais ma vie, la politique ne m’intéresse pas. Tout ce que je leur demande c’est de se mettre d’accord pour que la Guinée soit un pays de paix, de justice, de vérité et que chacun soit rétablit dans ses droits ».

Parmi vos albums, lequel préférez-vous en termes de contenu ?

« Je n’ai pas un album particulier. Je ne vais jamais choisir un album parmi mes albums, ce sont mes œuvres, mes créations, donc je n’ai pas de choix à faire ».

Quel est votre plat préféré ?

« Sourire ! Mon plat préféré c’est du riz avec sauce Konkoé, à base de l’huile de palme ».

Pour clôturer cet entretien, quel message avez-vous à livrer ?

« Je dirais à mes fans de croire à Petit Kandia. Petit Kandia a un objectif bien déterminé. Il ne s’agit pas de faire la musique pour ne rien apporter de positif à la société, ce n’est pas aujourd’hui j’ai commencé à chanter. J’ai beaucoup galéré dans la musique donc je ne chante pas du n’importe quoi. Ce que je dois donner à la Guinée doit être du potable. Je ne vais pas prendre ça au hasard. Je suis en Guinée, je n’ai pas de concurrent en plus. Merci à Guinée Réalité qui s’active pour donner de la bonne information à ses lecteurs. À mes fans je leur dis que j’arrive bientôt ».

Entretien réalisé par Madiba Kaba / madibak@guineerealite.info

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info