TRIBUNE. La manipulation à Nyagbadou (Par Stéphane Kaba)

La manipulation bat son plein en Nyagbadou. Toute cette clique qui est ensemble, qui veut nous faire croire des fadaises. Nous savons bien que c’est une dynastie qui ne dit pas son nom qui règne à Nyagbadou. Ils sont mariés ensemble dans les mêmes familles, ils couchent avec les mêmes filles qu’ils se refilent de bureau en bureau avant de leurs donner des marchés, voire des postes dans la fonction publique ou ailleurs. D’ailleurs, ne serait-il pas intéressant de tenter d’identifier la part de responsabilité des femmes dans ce système pervers entretenu également par elles ? Dès qu’on leurs donne de l’argent, elles sont prêtent à accepter l’inacceptable, « ces éducatrices ». Mirabeau ne disait-il pas : « Tant que les femmes ne s’en mêlent pas il n’y a pas de véritable révolution. »

Les gens de la mouvance présidentielle donnent le nom de leurs enfants à ceux de l’opposition et vis-versa. N’est-il pas évident que c’est un système qui a été reconduit, et non Körö qui n’est plus que l’ombre de lui-même ? Un octogénaire en bonne santé, quand nous les quadragénaires et quinquagénaires sommes tous malades ? « Donin yé bè la » (2)

Qui ne connait pas la vieille technique d’infiltrer les manifestations pour mieux les discréditer ? La technique du pourrissement utilisée systématiquement ? Une technique aussi vieille que Rome. Et, que dire de la propagande et ses éléments de langages organisés par les médias à la solde du pouvoir ? On égrène sur les chaînes de télévisions, une longue liste de morts, des morts atroces et larmes de crocodiles, de blessés, des dégâts matériels et comme par hasard et par l’opération du Saint-Esprit, les victimes citées sont toutes de la mouvance présidentielle, des forces de l’ordre et de sécurité. Personne ne serait mort en face dans « l’autre camp » ? Deux poids deux mesures ? Intox ou « véracité » ?

Par ailleurs, peut-on s’empêcher de penser qu’un des camps militaires les mieux sécurisés de la république de Nyagbadou n’a pu être traversé par quelqu’un d’autre qu’un commando par les tenants du pouvoir, pour assassiner le commandant dudit camp, c’est-à-dire celui qui est le patron du camp, donc à priori le mieux gardé ? On ne nous dit pas tout et on nous prend pour des demeurés. Une république bananière prise en otage par des gangsters à la petite semaine qui se croient dans les manifestations parisiennes des gilets jaunes. La haine est un business. Des paresseux et délinquants en col blanc qui ont pris goût à l’argent facile et les « petits privilèges. » Globalement toutes des petites personnes qui se veulent grands. Des incompétents.

Et, dès que tu dénonces cette médiocrité érigée en modèle on veut faire croire que tu es aigris. Aigris pourquoi ? Aigris contre qui ? Sont-ils réellement enviables ? Au mieux ils ne méritent que mépris, comme ce mépris qu’ils ont pour le peuple qu’ils ont pris en otage et qu’ils méprisent. Une mascarade qui finira mal un jour. Cela nous pend au nez et on croit que ça n’arrive qu’aux autres. Mais ne nous leurrons pas, c’était prévisible après tripatouillage de la constitution et des urnes. Une république bananière. Rien de nouveau dans la bananeraie. Sans oublier de dénoncer cette communauté des intérêts qui se fait appeler, à tort et toute honte bue, communauté internationale. Des pompiers pyromanes. « Kèlè manyin » (3).

Et, cette même vieille assertion qui semble toujours se vérifier : « La loi du plus fort est toujours la meilleure. » (Jean De Lafontaine)

POUVOIR, ARGENT, « LES FESSES » !

A lankhi toun ! (4)

(1) Expression en dialecte Malinké qui signifie : « Pays de soucis » ou « Pays de tous les soucis »

(2) Expression en dialecte Malinké qui signifie : « Nous sommes tous un peu malade »

(3) Expression en dialecte Malinké qui signifie : « La guerre n’a rien de bon »

(4) Expression en dialecte Soussou de Guinée qui signifie : « Tout va toujours bien quel que soient les circonstances »

Stéphane Kaba

Conakry, le 28/10/2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Amadou Barry : « Le peuple de Guinée doit faire en sorte pour faire partir ce régime par tous les moyens légaux » (Interview)

ven Oct 30 , 2020
Share on Facebook Tweet it Email Share on Facebook Tweet it Email Après l’élection présidentielle du 18 octobre dernier qui s’est déroulée globalement dans le calme, l’heure est aux constations, notamment dans les rangs de l’UFDG, principale formation politique de l’opposition guinéenne. Dans une interview qu’il a accordée à un […]
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com