Bah Oury qualifie la mission de la CEDEAO de « médecin après la mort »

Une mission conjointe (CEDEAO – UA et ONU), a séjourné du 1er et au 2 octobre courant à Conakry. Au cours de son séjour de travail, elle a rencontré l’ensemble des acteurs sociaux politiques impliqués dans le processus électoral pour « une élection présidentielle apaisée le 18 octobre prochain en Guinée », a-t-on appris.

Pour Bah Oury, président de l’Union des Démocrates pour la Reconnaissance de la Guinée (UDRG), la mission de la CEDEAO n’aurait pas de sens au point que l’organisation est restée silencieuse face à la crise guinéenne.

« La mission de la CEDEAO n’est pas venue au bon moment, c’est le médecin après la mort. Après avoir cautionné beaucoup de choses en étant silencieux par rapport aux graves dérivés en ce qui concerne les répressions que les populations ont subi. De l’autre côté, en fermant les yeux sur les manquement graves du pouvoir sur la modification de la constitution de la Guinée. Cela veut dire que c’est une mission tardive », a regretté l’opposant Bah Oury.

Madiba Kaba / madibak@guineerealite.info

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info