Interdiction des manifestations anti-troisième mandat en Guinée : « Nul n’est sensé obéir à un ordre sélectif… » (FNDC)

A la suite de l’appel de la coordination nationale du FNDC, mardi 1er septembre 2020 à Conakry, pour la reprise « imminente » des manifestations contre le projet de troisième mandat d’Alpha Condé, le ministère en charge de la sécurité a sorti, jeudi 3 septembre 2020 un communiqué selon lequel toute manifestation ou regroupement reste interdit sur l’ensemble du territoire en raison de la maladie du nouveau coronavirus.

Quelques heures plus tard, dans la soirée, via un communiqué transmis aux médias locaux à Conakry, les opposants parlent d’un ordre sélectif et qu’il n’est pas question de der. « Il revient désormais au peuple de ne pas céder à la menace de ceux qui sont en train d’organiser des spectacles au quotidien, de piller les ressources du pays et d’enraciner une dictature qui se retournera contre chaque Guinéen. Nul n’est sensé obéir à un ordre sélectif. Un communiqué de diversion, de deux poids deux mesures dont le seul objectif est de tenter de faire peur à un peuple prêt à se libérer », dénoncent-ils.

Dans le même communiqué, les opposants au projet de troisième mandat accusent le ministre de la sécurité de transformer la police en une véritable troupe répressive contre une catégorie de citoyens. « Damantang Camara est en train de transformer la police, qui devrait être une institution républicaine, en une véritable troupe répressive contre les opposants à la présidence à vie d’Alpha Condé », regrettent t-ils avant de réitérer leur détermination.

« Les communiqués d’intimidation du Ministère en charge de la Sécurité des promoteurs du troisième mandat contre le peuple de Guinée n’empêcheront plus personne de manifester et de faire des réunions au même titre que les soutiens à l’instauration d’une tyrannie en Guinée ».

La Rédaction / redaction@guineerealite.info

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info