Mauritanie: l’ex-président Aziz interrogé par la police pour « détournements de biens publics »

L’ancien président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a été entendu lundi par la police pour répondre à de « fortes présomptions de mauvaise gouvernance et de détournements de biens publics », a-t-on appris de source sécuritaire.

« La police s’est rendue au domicile de l’ex-président Ould Abdel Aziz pour l’appeler à répondre aux enquêteurs, mais il n’a pas voulu l’accompagner, promettant de la rejoindre, ce qu’il a fait quelques temps après », a déclaré à l’AFP cette source s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.

L’ex-président mauritanien fait l’objet de « fortes présomptions de mauvaises gouvernance et de détournement de biens publics », a ajouté cette source.

Il n’était pas possible de savoir en début de soirée si l’audition de M. Aziz, qui selon cette source a débuté dans l’après-midi au siège de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), se poursuivait.

Le président Aziz avait pris le pouvoir dans ce pays pauvre d’Afrique de l’Ouest de 4,5 millions d’habitants par un coup d’Etat militaire en 2008, puis remporté la présidentielle en 2009, suivie d’une autre en 2014.

L’actuel président, Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, qui lui a succédé en août 2019, fut son chef de cabinet et ministre de la Défense.M. Aziz a depuis lors été marginalisé par le nouveau pouvoir.

Une commission parlementaire, chargée en janvier de faire la lumière sur plusieurs dossiers pendant ses années à la tête de l’Etat, a transmis début août son rapport à la justice mauritanienne, qui après une enquête préliminaire peut éventuellement ouvrir une instruction.

Le nouveau chef de l’Etat a dans la foulée procédé à un remaniement ministériel, écartant quatre ministres, dont le chef du gouvernement Ismaïl Ould Bedda Ould Cheikh Sidiya, afin de leur « laisser le temps dont ils auront besoin pour prouver leur innocence », selon le secrétaire général de la présidence, Adama Bocar Soko.

Parmi les dossiers étudiés par la commission parlementaire figurent la gestion des revenus pétroliers, la vente de domaines de l’État à Nouakchott, la liquidation d’une société publique qui assurait l’approvisionnement en denrées alimentaires ou encore les activités d’une société chinoise de pêche, Pully Hong Dong, selon des sources parlementaires.

L’ex-président Aziz avait ignoré début juillet une convocation de la commission parlementaire.Les députés ont ensuite voté fin juillet une loi instituant une Haute cour de justice, compétente pour juger le chef de l’Etat et les ministres en cas de « haute trahison ».

Dépêche AFP

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info