Tunisie: des ONG soutiennent un journaliste algérien condamné à 3 ans ferme

Des associations et organisations tunisiennes ont exprimé mercredi leur solidarité avec le journaliste algérien Khaled Drareni, condamné par la justice de son pays à trois ans de prison ferme, et appelé à sa libération « immédiate » et « sans condition ».

Directeur du site d’information Casbah Tribune et correspondant en Algérie pour la chaîne TV5 Monde et Reporters sans frontières (RSF), Khaled Drareni, 40 ans, est incarcéré depuis le 29 mars. Il a été condamné lundi à trois ans d’emprisonnement et à une lourde amende pour « incitation à attroupement non armé » et « atteinte à l’unité nationale ».

Plus de 30 ONG tunisiennes, dont l’Association du journalisme d’investigation, le Syndicat national des journaliste et le Forum pour la défense des droits économiques et sociaux, ont exprimé dans un communiqué leur « inquiétude croissante face au harcèlement répétitif, aux poursuites et aux arrestations de journalistes, blogueurs et militants algériens ». 

« Ce verdict injuste » est « fondé seulement sur des considérations politiques qui visent à museler le journaliste Khaled Drareni et tous les journalistes, blogueurs et activistes critiques et à pénaliser la liberté d’expression et de la presse en Algérie », ont-elles ajouté.

Ces ONG ont réclamé sa « libération immédiate, sans condition et sans restrictions », affirmant que son incarcération nécessitait « une action collective et commune ».

Khaled Drareni était poursuivi à la suite de sa couverture le 7 mars à Alger d’une manifestation du « Hirak », le soulèvement populaire qui a secoué l’Algérie pendant plus d’un an jusqu’à sa suspension il y a quelques mois en raison de la pandémie de Covid-19.

Dépêche AFP

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info