Me Abass Bangoura, « Alpha condé n’avait pas qualité de soumettre au referendum aucun projet de nouvelle constitution… »

En réaction à l’émission « débat africain » de ce dimanche 28 juin 2020 sur les ondes de Rfi, un débat essentiellement consacré à la falsification de la « fameuse » nouvelle constitution guinéenne, Me Fodé Abass Bangoura avocat au Barreau de Guinée se dit triste et choqué à la fois de voir son pays retomber dans une dictature. Pour ce défenseur des droits de l’homme, toutes les filles et tous les fils patriotes du pays devraient soutenir les actions du Front national pour la défense de la constitution (FNDC) pour l’alternance démocratique en République de Guinée.

« (…) J’ai un sentiment de tristesse et de désolation pour mon pays à travers l’image qu’on lui renvoie aujourd’hui. Je profite de cette occasion pour solliciter et demander à tous les patriotes de tous bords, de soutenir le FNDC (Front national pour la défense de la constitution) dans son combat visant à mettre fin à la dictature dans notre pays. Quand je dis que je suis fier d’être guinéen mais aujourd’hui je n’ai aucune fierté de voir mon pays dans cet état de déconfiture () Vous savez le faux on peut le faire et usage de faux en écriture ainsi de suite mais au sommet de l’État et ce n’est ni la première fois, ni la deuxième fois encore moins la troisième fois, c’est vraiment une honte. Il n’y a pas lieu de débat par rapport à cette question (…) D’abord le président Alpha condé n’avait pas qualité de soumettre au referendum aucun projet de nouvelle constitution, parce que l’actuelle constitution, celle du 7 mai 2010 est très claire : le président de la République n’a droit qu’à deux (02) mandats, pas plus », rappelle t-il.

Par ailleurs, Me Fodé Abass Bangoura redoute une transformation de la Guinée en une monarchie. « Vous savez, on doit pas toucher ce qu’on appelle les intangibilités constitutionnelles, sinon même la forme de l’État va changer. Peut être un jour quelqu’un peut se réclamer monarque et transformer la Guinée en une monarchie, c’est que la forme Républicaine est touchée. Donc il y a des intangibilités qu’on ne doit pas toucher et moi je crois que c’est à niveau qu’il faut situer le débat », a martelé cet avocat guinéen vivant en France.

Diawara Thierno Oumar / todiawara@guineerealite.info

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info