INTERVIEW : « je pense que tenir l’élection présidentielle à la date du 18 octobre serait impossible… », déclare Boubacar Barry vice-président du FND

Selon un communiqué rendu public vendredi 19 juin 2020 à Conakry, le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) Kabinet Cissé a proposé la date du 18 octobre prochain pour la tenue de l’élection présidentielle guinéenne. Sans surprise. Le RPG Arc-en-ciel et ses alliés ont favorablement accueillis cette nouvelle. C’est le cas du Front national pour le développement (FND), un parti dirigé par l’ancien ministre de la communication Alhousseïny Makanéra Kaké, actuellement en convalescence à Paris en France. Pour en parler notre rédaction s’est rapprochée de son vice-président en la personne de Boubacar Barry.

La CENI a proposé la date du 18 octobre 2020 pour l’élection présidentielle. Comment avez-vous accueilli cette nouvelle, Monsieur Barry ?

« Je pense que c’est une bonne nouvelle au point qu’il fallait aller à cette élection pour nous éviter le vide constitutionnel. Je salue la décision du président de la CENI ».

Au-delà de la maladie du nouveau coronavirus (Covid-19) qui a fait à date 27 morts, il y a aussi la crise socio-politique liée en grande partie au fichier électoral, vivement décrié par l’opposition. Pensez-vous que cette élection présidentielle pourrait se tenir à la date indiquée ?

« Je commencerais par dire que l’opposition est dans son droit de revendiquer un fichier inclusif. Pour rappel, lors du double scrutin du 22 mars 2020, la CENI a reconnu qu’il y a quelques anomalies sur le fichier électoral. Donc c’est important de corriger ces anomalies dans le souci de garantir la crédibilité de ces élections. Puisque nous parlons d’une élection présidentielle, il s’agit pas d’une élection communautaire, raison de plus il faut que ce scrutin présidentiel soit inclusif. Sa crédibilité y va dans l’intérêt de tout le peuple de Guinée. Maintenant il reste à savoir si la CENI pourra corriger à temps toutes ces anomalies. Et sans oublier que la maladie du nouveau coronavirus n’est pas encore maîtrisée (…) Je pense que tenir l’élection présidentielle à la date du 18 octobre serait impossible. Mais en attendant tous les regards sont tournés vers la CENI étant une institution indépendante qui regorge des experts électoraux, des juristes et autres techniciens en son sein, ne peut pas se permettre de proposer une date sans tenir compte des réalités sur le terrain ».

Votre parti, le Front national pour le développement (FND) présentera t-il un candidat à cette élection présidentielle ?

« Bon ! Nous travaillons sur toutes les options. Vous savez le parti Front national pour le développement (FND) ne se résume pas par son président Monsieur Makanéra ou moi Boubacar Barry. Nous avons un bureau exécutif qui est habilité à prendre toutes les décisions. Mais je peux vous rassurer quand même que nous pourrons présenter un candidat, à défaut, accompagner un parti allié. De passage je puis vous dire que moi Boubacar Barry ne serais pas candidat parce que j’ai pas encore mes 35 ans pour prétendre à une quelconque candidature, selon la constitution en vigueur. Donc si notre parti ne présente pas son propre candidat on pourra soutenir la candidature de celui qui nous proposera un programme crédible au bénéfice du peuple et non pour un individu ou un groupe d’individus ».

Officiellement le président Alpha Condé ne s’est pas prononcé sur la question. Mais au cas où il se présenterait pour briguer un 3ème mandat, vous le soutiendrez ?

« Vous n’êtes pas sans savoir que nous sommes un parti allié au RPG Arc-en-ciel. Mais notre alliance ne prévoit pas un 3ème mandat ni un 4ème mandat pour le moment. Il y a des rumeurs qui font état d’une éventuelle candidature du président de la République. Mais attendons qu’il se prononce officiellement pour prendre position. Pour le moment il n’en est rien. Et d’ailleurs, le président l’a toujours dit que c’est le RPG Arc-en-ciel qui va se prononcer sur cette question. Donc je ne vois pas comment moi, en tant que vice-président du FND pourrais-je me prononcer à la place du parti présidentiel. Étant allié au RPG, c’est à eux de nous proposer un candidat et en ce moment nous en tirerons toutes les conséquences ».

Quel message avez-vous à l’endroit des leaders politiques de l’opposition plurielle ?

« D’abord je dirais à l’opposition de continuer à faire des propositions pour une sortie de crise. Le président de la République, professeur Alpha Condé se dit ouvert au dialogue, ils n’ont qu’à venir autour de la table de dialogue pour essayer d’évacuer toutes les divergences. La politique c’est le dialogue. Pour reprendre un sage politique : « en politique il faut toujours négocier, peu importe la manière ». Donc j’appelle l’opposition à continuer à revendiquer son droit que lui confère la constitution mais d’accepter une fois encore la main tendue du président de la République. Pour terminer, jose espérer que l’opposition va tirer les leçons ou les conséquences des dernières élections législatives pour éviter les mêmes erreurs à l’occasion de la future élection présidentielle. Je vous remercie et que Dieu bénisse la Guinée et les Guinéens ».

Entretien réalisé par Madiba Kaba / madibak@guineerealite.info

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info