Relance du dialogue politique : voici la condition de l’opposition plurielle

Le dialogue politique guinéen est toujours au point mort. Pourtant, selon de nombreux observateurs, le pays en a besoin pour évacuer ou encore tenter de rapprocher les points de divergences. Un consensus est particulièrement requis avant la tenue des prochaines élections présidentielles. Mais la partie semble mal engagée, eu regard des positions tranchées que pouvoir et opposition affichent aujourd’hui encore.

Et l’illustration du caractère inconciliable de ces positions, ce sont les conditions que Sidya Touré, s’exprimant au nom de l’opposition, a exigées lundi 1er juin, lors de son intervention chez nos confrères d’Espace FM. En effet, selon le leader de l’UFR, pour que les opposants au régime puissent se joindre à une initiative de dialogue, il faudrait « remettre tout ça là à zéro (…) C’est-à-dire qu’il n’y a pas eu de constitution nouvelle, il n’y a pas eu d’élection législative, c’est de ça qu’il s’agit. Nous, notre condition d’aller au dialogue c’est la remise à plat de tout cela », a martelé l’ancien haut représentant du président Alpha Condé.

Madiba Kaba / madibak@guineerealite.info

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info