Élection du président de la CENI : un non-événement pour l’UFR

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a désormais un nouveau président. Il s’agit de Kabinet Cissé, élu ce mardi par ses pairs pour diriger l’institution en charge d’organiser les élections en République de Guinée.

Bien sûr, l’événement ne laisse indifférent. Surtout dans les états-majors politiques dont l’élection du successeur de Me Amadou Salif Kébé, décédé le 17 avril dernier à Conakry des suites de la maladie de la Covid-19, commencent à nous parvenir. C’est le cas en particulier de Saikou Yaya Barry, secrétaire général du parti de l’Union des forces républicaines (UFR). Il assimile l’élection de Kabinet Cissé à un non-événement. Dans la mesure où, estime-t-il, en Guinée, toutes les lois et les institutions sont désormais soumises à la seule volonté du président Alpha Condé.

« Ma réaction est simple, je ne parlerai pas de ces institutions parce que les lois dans ce pays n’existent pas, seul Alpha existe. Or, lui ne suit aucune loi. C’est l’être supérieur qui nous ait envoyé en Guinée et aujourd’hui tout le problème repose sur Alpha Condé, qui viole quand il veut la loi, qui fait ce qu’il veut de la Guinée comme si nous sommes ses sujets », regrette t-il.

En proie au désespoir, il s’en remet à ses compatriotes. « Aux Guinéens de savoir que nous n’avons pas d’État aujourd’hui, nous ne pourrons avoir un Etat que quand nous nous séparerons d’Alpha Condé et de son système. Aujourd’hui, toutes les lois sont violées et tous les cadres promus par Alpha Condé se prostituent et se couchent sous ses pieds sans respecter les règles et les principes du vivre-ensemble. Donc à mon avis ce qui se passe à la CENI aujourd’hui ne me concerne pas, je n’en ferai pas cas ».

Madiba Kaba / madibak@guineerealite.info

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info