Dégel de salaires : des enseignants accusent le DCE de Dixinn de complicité avec des commerçants

Après des semaines de négociation entre les structures syndicales à l’origine de la grève et le gouvernement guinéen avec le concours des bonnes volontés, les enseignants grévistes privés de leurs salaires depuis maintenant quatre (4) mois peuvent désormais se frotter les mains. Pour cause, depuis hier mardi 19 mai 2020, ces enseignants ont commencé à percevoir leur dû dans toutes les Directions communales de l’éducation (DCE). Toutefois, tous les enseignants ne sont pas si joyeux. On en a notamment qui pestent contre la tendance qu’ont certains responsables de DCE de faire dans la magouille. C’est le cas de la Direction communale de l’éducation (DCE) de Dixinn.

En effet, un enseignant relevant de cette commune et requérant l’anonymat se plaint du retard qui va être accusé pour la mise à disposition effective des salaires. Un retard consécutif, selon lui, au fait que les responsables de la DCE avaient passé à crédit lesdits salaires à des commerçants, en vue d’en tirer une commission. Notre enseignant nous rapporte tout d’abord que même par le passé, la DCE a toujours conditionné le déblocage des salaires des enseignants au versement préalable de 200.000 à 300.000 GNF. Et pour le cas d’espèce de cette année, c’est dans une autre magouille que seraient engouffrés notamment le secrétariat des Affaires financières (SAF) et le chef de section pédagogique de la DCE. Alors que Kaloum, Matoto et Ratoma aurait intégralement versé les salaires depuis hier et qu’à Matam, on devrait finaliser la mise à disposition des sous ce mercredi, à Dixinn, on aurait demandé aux enseignants de patienter jusqu’à lundi prochain. Autrement, après la fête de ramadan. Notre source nous explique alors la raison de cette singularité qui ne fait pas honneur à la DCE de Dixinn : « les SAF sont souvent en rapport avec les commerçants à qui ils donnent le salaire de leur personnel au billetage afin que ceux-ci puissent le fructifier et pour qu’ils se partagent le bénéfice ».

Il faut dire dans les faits, les salaires dont on parle sont disponibles depuis le mois de janvier au niveau des DCE. Ce qui, dans le cas de Dixinn, aura permis le manège dont parle l’enseignant. Celui-ci reste d’ailleurs très amer : « c’est incompréhensible qu’une SAF qui a refusé de quitter son poste après une décision la remplaçant, fasse souffrir des jours de plus les enseignants privés de salaires depuis janvier ».

Madiba Kaba / madibak@guineerealite.info

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info