Violences meurtrières du 12 mai : enfin le président Alpha Condé parle…

Au moins sept (7) personnes ont été tuées mardi 12 mai 2020 lors des manifestations contre les barrages sanitaires à Coyah et Dubréka et le manque d’électricité à Kamsar. Sans surprise, ces manifestations ont été violemment réprimées par les forces de sécurité comme cela a été d’ailleurs toujours le cas en Guinée.

Dans son allocution vendredi 15 mai sur l’évolution de la situation de l’épidémie de la maladie du nouveau coronavirus, le président Alpha a reconnu les violences qui ont toujours caractérisées les manifestations sociopolitiques en Guinée.

«  Nous avons été malheureusement endeuillés par des pertes en vies humaines, le 12 mai dernier à Coyah, Dubréka et Kamsar. Ces évènements douloureux posent une fois de plus la question de la violence lors des mouvements sociaux et politiques dans notre pays  », déclare t-il avant d’instruire la justice guinéenne à faire la lumière sur les faits qu’il qualifie de graves.

« J’exhorte la Justice à faire la lumière sur ces faits graves et à en tirer toutes les conséquences judiciaires. J’en appelle à la discipline et à l’esprit civique de tous les citoyens. Chacun doit comprendre que les restrictions d’aujourd’hui sont dictées par les exigences de santé publiqueNous devons les accepter et les respecter pour vaincre la pandémie et permettre une sortie rapide de cette crise ».

Il reste à savoir si ces enquêtes aboutiront sachant bien qu’il y a déjà plusieurs citoyens guinéens tombés sous les balles et n’ayant jusqu’ici récolté de la part de l’Etat qu’un silence méprisant.

La Rédaction / redaction@guineerealite.info

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info