Kamsar : un citoyen menacé par des gendarmes

Mosquée du quartier Bagataye à Kamsar (Image d'illustration)

La sous-préfecture de Kamsar, une citée industrielle située à près de 400 km de Conakry était en ébullition dans la journée du lundi 11 au mardi 12 mai 2020. En cause, des émeutes ont éclaté entre des agents des forces de sécurité et des jeunes manifestants qui réclamaient le rétablissement du courant électrique dans la banlieue.

Salifou Camara alias prési Lifo en service à la Compagnie des Bauxites de Guinée (CBG) se dit victime de menace de mort de la part d’un groupe de gendarmes non identifiés. Selon lui, ces assaillants se sont rendus jusqu’à son domicile pour proférer des menaces. Ce jeudi 14 mai, Monsieur Camara a bien voulu se confier à notre rédaction pour raconter sa mésaventure.

« C’était le mardi matin vers 9 heures devant notre concession située dans le quartier Bagataye ici à Kamsar, je supervisais un maçon qui faisait des travaux de rénovation chez moi. Entre temps, à distance j’ai aperçu un groupe de gendarmes s’en prendre aux jeunes manifestants. C’est ainsi que j’ai demandé au maçon de rentrer dans la cour pour éviter d’être pris à partie par les gendarmes. Une fois dans la cour, les gendarmes sont venus devant notre concession ils ont commencé à jeter les cailloux dans la cour puisque il y avait une voiture dans la cour et notre chien n’arrêtait pas d’aboyer. Je suis sorti pour leur dire qu’il n’y a pas de manifestants dans la cour et je leur ai demandé au risque de cogner la voiture garée à l’intérieur. Il ne fallait pas ! Ils ont réagi avec une verbale telle, avec des injures de père et de mère. Un d’entre eux m’a dit « si tu veux mourir prononce encore un mot ». Étant seul devant une dizaine de gendarmes armés, ma seule réponse était de replier sur mes pas. J’ai entendu un des gendarmes de prendre le fusil dans le Pick-up pour abattre mon chien. Après l’accalmie, j’ai appelé mes proches pour leur faire part de ces menaces », explique t-il au téléphone.

Rappelons que les émeutes contre le manque d’électricité ont fait un mort et plusieurs dégâts matériels notamment le saccage du domicile privé du maire de Kamsar.

Propos recueillis par Diawara Thierno Oumar / todiawara@guineerealite.info

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info