Coronavirus : l’hydroxychloroquine ne montre pas d’efficacité probante sur les malades américains

L’hydroxychloroquine n’a pas fait ses preuves sur les malades new yorkais du Covid-19. Selon une étude publiée jeudi et réalisée dans les hôpitaux de la ville, l’administration de cet antipaludique n’a ni amélioré ni détérioré de manière significative l’état de patients gravement malades.

Au cœur d’une querelle internationale d’experts quant à son efficacité et son innocuité, l’hydroxychloroquine n’a pas fait ses preuves sur les malades new yorkais du Covid-19. Selon une étude publiée jeudi et réalisée dans les hôpitaux de la ville, l’administration de cet antipaludique n’a ni amélioré ni détérioré de manière significative l’état de patients gravement malades.

« Le risque d’intubation ou de décès n’était pas significativement plus important ou moindre parmi les patients ayant reçu l’hydroxychloroquine que parmi ceux n’ayant rien reçu », ont précisé les auteurs de l’étude parue dans le New England Journal of Medicine.

Comment a été menée l’étude ?

Financée par les Instituts de santé américains (NIH), l’étude d’observation a été conduite sur des malades du Covid-19 admis dans les services d’urgence des hôpitaux New York-Presbyterian Hospital et Columbia University Irving Medical Center.

811 patients ont reçu deux doses de 600 mg d’hydroxychloroquine le premier jour puis 400 mg quotidiennement pendant quatre jours. 565 malades n’ont pas reçu le médicament.

L’étude « ne devrait pas être utilisée pour écarter » les potentiels bienfaits ou risques que peut apporter un traitement à l’hydroxychloroquine, selon les scientifiques. « Cependant, nos résultats n’appuient pas l’utilisation de l’hydroxychloroquine pour le moment, en dehors d’essais cliniques randomisés (répartissant les patients par tirage au sort, NDLR) afin de démontrer son efficacité », ont-ils ajouté.

Mise en garde des autorités sanitaires

Donald Trump a régulièrement prôné l’utilisation de l’hydroxychloroquine comme traitement pour les malades du coronavirus. L’hydroxychloroquine et la chloroquine sont utilisées depuis des années pour traiter le paludisme, certaines maladies auto-immunes, comme le lupus, et la polyarthrite rhumatoïde.

Les autorités sanitaires canadiennes et américaines ont toutefois mis en garde fin avril contre l’utilisation en dehors d’essais cliniques supervisés de ces deux antipaludéens pour prévenir une infection au nouveau coronavirus ou la traiter.

L’Agence américaine du médicament (FDA) a par ailleurs autorisé en urgence la semaine dernière l’utilisation de l’antiviral expérimental remdesivir. Un grand essai américain a conclu qu’il écourtait de plusieurs jours le rétablissement des patients les plus gravement atteints du Covid-19.

Source : Les Echos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Le DPE de Forécariah assume : « j’ai reçu un ordre, je l'ai exécuté...»

ven Mai 8 , 2020
Share on Facebook Tweet it Email Share on Facebook Tweet it Email Dans un de nos articles précédents, un groupe d’enseignants grévistes dénonçait le refus du Directeur préfectoral de l’éducation de Forécariah, Youssouf Coulibaly de leur verser leurs primes d’encouragement. Au nombre de 13, ces enseignants sont de ceux qui ont […]
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com