Pr. HYJAZI tranche : « on ne peut pas mettre des malades dans un hôtel »

Si le Conseil scientifique a bien fait une recommandation allant dans le sens de la réquisition des hôtels, ce n’est surtout pas pour que des malades puissent y être admis. A l’occasion du point de presse que ledit Conseil a animé ce jeudi 30 avril à Conakry, la présidente a clairement levé l’équivoque.

Selon Professeure Yalande HYJAZI, les hôtels seront réquisitionnés pour isoler des cas suspects, pas plus. « Il n’a été nulle part dit que les malades doivent être dans un hôtel. On ne peut pas mettre des malades dans un hôtel. Pour prendre les malades en charge, il faut qu’ils soient dans un milieu hospitalier ou un milieu dédié à cet effet. Pour isoler, pour rompre la chaîne de contamination, il est indispensable d’isoler au temps que possible que cela puisse se faire, tous les cas suspects jusqu’à ce qu’on puisse confirmer leur état  », indique-t-elle, avant de rappeler le cas des pays qui ont réussi à juguler la chaîne de contamination communautaire en isolant les cas suspects dans des hôtels, « Tous les pays qui ont réussi à freiner la propagation communautaire, ils l’ont fait. Au Maroc, il y a eu des hôtels qui ont été réquisitionnés pour mettre les cas suspects. Pour les isoler de la communauté. Au Sénégal, ça été fait. Dans la majorité des pays touchés, ça été fait. Même en France, des gens ont donné des hôtels pour isoler les cas suspects. Quand vous avez un cas suspect dans la communauté, il faut faire le test pour confirmer. Si vous le laisser traîner dans sa famille avant que les résultats ne sortent mais il aurait eu l’opportunité de contaminer plusieurs personnes », a expliqué Professeure Yolande HYJAZI.

Pour finir, la présidente du Conseil scientifique a dit que la maladie du nouveau coronavirus est plus dangereuse que la maladie à virus Ebola, « La particularité de COVID-19 qu’il faut retenir et qui fait la différence entre COVID et Ebola, c’est que le COVID est contagieux avant d’être symptomatique alors qu’Ebola n’était contagieux que quand les symptômes apparaissaient. Ici, même moi qui vous parle aujourd’hui si je suis COVID positive je ne le sais pas, parce qu’il y a des porteurs sains ».

Madiba Kaba / madibak@guineerealite.info

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info