Port du masque : des citoyens saluent la décision mais plaident pour la gratuité…

Dans une brève allocution, le chef de l’État a tout d’abord  déploré le non respect de certaines mesures d’hygiène. Selon Alpha Condé l’application stricte de ces mesures est indispensable pour freiner la propagation de l’épidémie en Guinée. 

Dans la foulée, le président de la République a annoncé le port « obligatoire » des masques communautaires (bavettes) par tous les citoyens. La décision entre en vigueur dès le samedi  18 avril 2020, dans tout le pays et que « Tout contrevenant sera empêché de circuler et une taxe de désobéissance civile de 30 000 FG sera infligée.» 

Poursuivant, le président Condé a indiqué que « La vente de ces masques est fixée à un prix n’excédant pas 2 500 FG (deux mille cinq cent), afin que l’ensemble de la population guinéenne puisse en bénéficier. Le gouvernement prendra toutes les dispositions pour inciter la production locale des masques communautaires et en obliger le port.»

Ce n’est pas tout,  le  maître de Conakry a également annoncé que « Le transfert des corps entre les préfectures demeure interdit. Pour les corps en provenance des pays étrangers, une présentation d’un certificat attestant un test NÉGATIF au COVID-19 est exigé. Dans le cas contraire, le transport du corps sera interdit », a déclaré le président guinéen.

Dès l’annonce de cette décision, des citoyens se sont réjouis et ont plaidé cependant pour la gratuité de ces masques, histoire de permettre à tous les citoyens d’y accéder. Le niveau de vie du guinéen oblige.

La Rédaction / redaction@guineerealite.info

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info