COVID-19 : le message d’Ellen Johnson Sirleaf, « nous devons agir pour ralentir, briser la chaîne de transmission…»

A la suite de la propagation exponentielle de l’épidémie de Coronavirus à travers le monde, l’ex-présidente du Liberia a bien voulu adresser un message d’encouragement aux pays frappés par la maladie. Ellen Johnson Sirleaf se dit optimiste et invite le monde entier à agir pour contrer cette maladie et surtout à ne pas céder à la panique.

Lire ci-dessous l’intégralité de son message !

« Chers concitoyens du monde entier,

Le 19 octobre 2014, au plus fort de l’épidémie mortelle d’Ebola en Afrique de l’Ouest, alors que 2 000 de mes citoyens avaient déjà péri et que les infections augmentaient de manière exponentielle, j’ai écrit une lettre au monde entier pour demander la mobilisation de personnel et de ressources.

J’ai exigé une démonstration d’unité mondiale pour éviter ce que nous craignions être une pandémie mondiale.

Aujourd’hui, je saisis cette occasion pour élever ma voix dans un message de solidarité.

Il y a près de six ans, j’ai expliqué comment l’économie post-conflit du Liberia et son système de santé fragile le rendaient vulnérable à la propagation rapide des maladies, et j’ai soutenu que la manière dont le monde réagirait à la crise locale en Afrique de l’Ouest déterminerait notre sécurité collective en matière de santé.

J’ai fait valoir qu’une contagion incontrôlée, où qu’elle se produise dans le monde et quelle que soit sa localisation, constitue une menace pour l’humanité tout entière.

Le monde a réagi positivement. Et l’a fait avec audace.

Une mobilisation massive de ressources menée par les Nations unies, l’Organisation mondiale de la santé et les États-Unis a suivi.

Nous l’avons vaincu ensemble. C’est ainsi qu’il existe aujourd’hui des vaccins expérimentaux et des antiviraux efficaces grâce à la collaboration des meilleurs esprits scientifiques du monde entier.

Face à l’épidémie de coronavirus, je lance un appel similaire à mes concitoyens du monde entier.

Je le fais avec la claire conscience que si les nations africaines ont été jusqu’à présent épargnées du pire, ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle ne frappe le continent le moins préparé à la combattre.

Nous devons agir pour ralentir, briser la chaîne de transmission et inverser la courbe.

Il est clair que des défaillances ont été constatées dans la réponse initiale face au virus, de l’Asie à l’Europe, en passant par les Amériques.

Des prises de dispositions ont été manquées. Du temps a été perdu.

Des informations ont été cachées, minimisées et manipulées. La confiance a été perdue.

« J’ai fait les mêmes erreurs »

La peur a poussé les gens à courir, à se cacher, à s’enfermer pour protéger les leurs, alors que la seule solution est, et reste, basée sur la communauté.

Je sais cela. J’ai fait tous ces faux pas en 2014, et les intervenants du monde entier aussi. Mais nous nous sommes corrigés nous-mêmes, et nous l’avons fait ensemble.

Nous sommes à un moment critique, car les frontières se ferment partout dans le monde pour ralentir la vitesse de transmission.

Ne nous y trompons pas. Cela ne signifie pas que nous sommes seuls, chacun pour soi.

Au contraire, c’est le signe d’une réponse commune, que la fermeture des frontières fait une différence.

En regardant depuis chez moi à Monrovia, ce qui est le plus encourageant aujourd’hui, c’est l’ouverture de l’expertise et le fait que les connaissances, les découvertes scientifiques, les équipements, les médicaments et le personnel sont partagés.

Cela se passe à l’intérieur des Nations, et de plus en plus au-delà des frontières internationales ; une réaction indispensable, bien que tardive, que chaque personne, dans chaque nation, doit faire sa part.

Nous en sommes sortis plus résistants

Cette prise de conscience a marqué un tournant dans la lutte contre les maladies en Afrique de l’Ouest.

Au Liberia, nous sommes sortis renforcés de l’épidémie d’Ebola, et plus forts en tant que société, grâce aux protocoles sanitaires mis en place qui nous permettent de gérer la maladie de Covid-19.

Je crois fermement que c’est la voie sur laquelle nous sommes tous engagés.

J’ai une foi totale dans l’esprit implacable de l’individu, une conviction que les dirigeants émergent en temps de crise à tous les niveaux de la société, et que nos différences religieuses et communautaires sont dérisoires par rapport à notre croyance collective dans le pouvoir de la prière, et notre foi respective en Dieu.

Alors que nous allons tous nous accroupir dans les prochaines semaines, je prie pour la santé et le bien-être de nos citoyens du monde, et je demande que chacun se souvienne que notre humanité repose désormais sur la vérité essentielle selon laquelle une vie bien vécue est une vie au service des autres. »

Guinée Réalité avec BBC Afrique

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info