Double scrutin du 22 mars : l’Union européenne parle d’élections non inclusives et non consensuelles (Déclaration)

Comme beaucoup d’autres organisations régionales et internationales, l’Union européenne a officiellement dénoncé le caractère non inclusif et non consensuel des élections du 22 mars dernier en Guinée. Dans une déclaration, ci-dessous, l’organisation a estimé que l’absence d’observation régionale et internationale reconnue remet également en question la validité du processus, sachant bien les conditions dans lesquelles ces élections ont été organisées.

« Guinée: déclaration de la Porte-parole sur les élections législatives et le référendum constitutionnel du 22 mars

Le double scrutin du 22 mars s’est tenu dans un climat de forte tension émaillé par des violences causant plusieurs morts. Ces actes de violence et l’usage disproportionné de la force par les forces de l’ordre sont inacceptables.

Le caractère non inclusif et non consensuel de ces scrutins et du fichier électoral porte atteinte à la crédibilité de ces élections. L’absence d’observation régionale et internationale reconnue remet également en question la validité du processus. Les clivages intercommunautaires se creusent dangereusement.

L’Union européenne renouvelle son soutien aux initiatives de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), de l’Union africaine et de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) susceptibles de réhabiliter le processus électoral, de désamorcer les tensions et de renouer un dialogue entre toutes les parties. »

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info