Coronavirus : « Nous fermerons pas nos frontières avec le Sénégal… », rassure le ministre Rémy Lamah

Le ministre guinéen de la santé et de l’hygiène publique a réagi à la suite de l’apparition du premier cas de coronavirus appelé COVID-19 au Sénégal voisin

Remy Lamah  a fait savoir que son département a déjà pris  les mesures préventives pour empêcher la propagation de ce virus  sur le territoire national et ce, depuis l’apparition de la maladie à Wuhan, foyer de l’épidémie, « dès l’annonce de l’apparition de l’épidémie on a mis à l’aéroport un check-point pour le départ et à l’arrivée. Tous ceux qui viennent du côté de l’étranger sont soumis au contrôle de la température. Également on a mis en place des centres de prise en charge des traitements épidémiologiques : il y a le centre Nongo et l’aéroport où il y a une salle qui est équipée pour recevoir les cas suspects du coronavirus »,  a-t-il expliqué.

Se prononçant sur le premier cas spécifique du Sénégal, le ministre Rémy Lamah a estimé que la fermeture des frontières n’est pas solution, «(…) je l’ai dit et je le précise, la Guinée ne fermera pas ses frontières avec le Sénégal, il n’en est pas question. On est signataire du règlement sanitaire international. Ce n’est pas à travers les frontières terrestres seulement que le virus peut entrer, non, il y a les frontières aériennes, il y a les frontières maritimes donc l’essentiel c’est de mettre en place des  check-point  afin de prendre les températures de tous ceux qui vont rentrer dans le pays. Nous n’allons pas fermer les frontières avec le Sénégal, eux ils l’ont fait au temps d’Ebola nous, nous n’allons pas le faire »,  rassuré le ministre.

Pour finir, Rémy  Lamah  invité  la population guinéenne  à prêter attention au mode de contamination, « ce que nous demandons à la population, c’est l’hygiène des mains, de notre entourage et prêter attention au mode de contamination du virus, c’est-à-dire le lavage des mains et en cas d’éternuement, se protéger la face pour ne pas contaminer son entourage. Pas de panique possible, nous mettons en place comme par le passé les mêmes mesures préventives. Nous sommes entrain de prendre toutes les mesures possibles, donc pas de panique »,  a lancé le ministre guinéen de la santé.

Madeleine Kotus / madeleinekotus@guineerealite.info

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info