Report de deux semaines : ce délai permettrait-il  d’organiser des élections inclusives ?

De l’avis de plusieurs acteurs politiques et sociaux guinéens, même un report d’un mois ne suffirait pas pour corriger toutes les anomalies signalées notamment l’assainissement du fichier électoral qui constitue d’ailleurs la pomme de discorde entre les acteurs du processus électoral. 

Dans un communiqué conjoint,  dont copie à été transmise à notre rédaction,  la Commission de l’Union  Africaine  et la  Commission de la  Cédeao,  sans faire de commentaire sur le délai de report de deux semaines annoncé par les autorités de Conakry,  « ont pris acte de la décision des autorités guinéennes de reporter la tenue du double scrutin législatif et référendaire initialement prévu le 1ermars 2020» 

Poursuivant, ces organisations africaines ont exhorté  l’ensemble des acteurs impliqués dans le processus électoral  à mettre ce  délai à profit pour aplanir leurs  points de divergence, « la Commission de l’Union Africaine et la Commission de la Cédeao souhaitent que le délai de report soit efficacement mis à profit pour renouer un dialogue serein et responsable entre tous les acteurs politiques et sociaux de manière à établir un fichier électoral fiable et à créer les conditions d’un scrutin crédible, libre et transparent. La Commission de l’Union Africaine et la Commission de la Cédeao expriment leur soutien ferme à toute initiative que le gouvernement et les forces politiques et sociales entreprennent dans les meilleurs délais, en ce sens»

Dans le même communiqué, l’UA et la Cédeao ont appelé les protagonistes à privilégier le dialogue en renonçant aux violences et ont réaffirmé leur volonté d’accompagner la Guinée dans « l’approfondissement de son processus démocratique, gage de  paix et de développement économique pour le bien-être de ses populations. »

redaction@guineerealite.info

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info