Modification constitutionnelle : « Non seulement, il n’a pas réussi à construire un Etat mais il veut nous enlever notre pays », regrette Faya Millimouno

Le leader du parti Bloc Libéral a bien voulu rappeler l’une des phrases du discours prononcé par le président Condé, lors de sa prise de fonction en décembre 2010, dans lequel il a affirmé n’avoir pas hérité d’un Etat mais d’un pays. 

Dr. Faya Millimouno a tout simplement regretté « l’incapacité » du chef de l’État à transformer le pays comme il avait promis, « je crois l’heure est suffisamment grave pour dire qu’Alpha en arrivant au pouvoir en 2010,  il avait dit qu’il a trouvé un pays mais qu’il n’y avait pas d’État. Non seulement il n’a pas réussi à construire un Etat mais il veut nous enlever notre pays. Aujourd’hui, Monsieur Alpha Condé veut que nous soyons comptés par ethnie ou par région », regrette docteur Millimouno, membre du Fndc.

Pour lui, l’unité du peuple de Guinée est aujourd’hui menacé par la politique divisionniste de l’administration Condé, « j’étais dans la délégation du FNDC qui devait se rendre en Forêt il n’y a pas longtemps (…) quand à Kissidougou les gens qui nous ont attaqués ont dit que Kissidougou n’était pas la Forêt ni Labé, nous avons compris le danger qui guette notre pays. Pour l’unité de notre peuple, pour la justice et la prospérité pour tout le monde,  nous n’avons le choix que de demander le départ définitif du pouvoir du président Alpha Condé, et c’est ce que nous allons exiger. C’est pourquoi ceux qui pensent que le combat va prendre fin  le 1er mars se trompent. Tant que Alpha ne quittera pas le pouvoir nous serons en résistance active jusqu’à ce qu’il parte, cela en vertu de l’Article 21 alinéa 4 de la constitution qu’il veut brûler », a déclaré le patron du BL.

Madiba Kaba / madibak@guineerealite.info

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info