Crise guinéenne: des femmes recommandent « au gouvernant de préserver des acquis démocratiques… » (Déclaration)

Un groupe d’ONG féminines évoluant en Guinée se dit préoccupé par la situation socio-politique  qui prévaut  dans le  pays. Selon une déclaration conjointe, lue par leur porte-parole  Madame  Koïvogui Dorcas Nema Dioné,  ces femmes  ont  appelé  à la paix et la cohésion sociale dans le pays. 

C’était lors d’une conférence de presse que  ces ONG ont tenue, mardi 25 février, à la maison commune des journaliste, située dans le quartier Kipé, dans la commune de Ratoma, à Conakry : « Nous femmes de Guinée, en tant que mères, épouses, sœurs et filles ; préoccupées par la quiétude de notre population ; nous ne pouvons rester indifférentes face à cette situation plus qu’inquiétante tenant compte du fait que nous sommes les premières victimes morales, sociales ; culturelles ; psychiques et physiques ; venir ensemble faire entendre nos cris de cœur. Nous en appelons à la conscience de nos frères ; de nos pères et de nos maris pour garantir l’avenir de nos fils à travers la stabilité et la cohésion sociale. »

Dans la même déclaration, ces mères de familles ont fait quelques recommandations aux acteurs sociaux-politiques et aux responsables religieux , « nous recommandons au gouvernant de préserver des acquis démocratiques ; garantir la sécurité des citoyens et de leurs biens ; respecter et appliquer la loi ; préserver les droits humains. Aux leaders politiques de tenir des discours plus responsables et non violents ; éduquer les militants à la non violence et au respect des textes de lois. À la société civile de renforcer la culture citoyenne et l’impartialité ; jouer son rôle de veille ; d’alerte et de proposition de solutions aux crises sociales ; observer la neutralité. Aux religieux de ne pas baisser les bras dans la médiation pour le maintien de la quiétude sociale et la paix ; poursuivre les prêches et sermons en faveur de l’amour du prochain et de la cohésion sociale. Au vaillant peuple de Guinée de comprendre le sens de l’unité nationale ; privilégier l’amour de la patrie afin que l’honneur ; la dignité et la responsabilité conquise en 1958 ne prenne aucune tâche ; sauvegarder la cohésion sociale. », a déclaré Madame Koïvogui.

Madeleine Kotus / madeleinekotus@guineerealite.info

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info