Bruxelles : le Parlement européen demande l’administration Condé de « cesser  immédiatement toute forme de harcèlement et d’intimidation des journalistes » 

Depuis  son siège à  Bruxelles, le Parlement européen,  s’est également penché, jeudi 13 février 2020, sur  les conditions d’exercice du métier de journaliste actuellement en Guinée, faisant allusion aux nombreuses arrestations arbitraires et autres formes d’intimidation des hommes de médias. 

Sur la question, le Parlement européen a  invité les autorités de Conakry de veiller à la sécurité des journalistes dans l’exercice de leur métier sur le terrain, « Souligne l’importance de garantir et d’encourager un paysage médiatique pluraliste, indépendant et libre au service de la démocratie; demande instamment aux autorités de la République de Guinée de cesser immédiatement toute forme de harcèlement et d’intimidation des journalistes, et en particulier de mettre un terme à la suspension arbitraire des cartes de presse, de respecter les droits individuels des journalistes et des défenseurs des droits de l’homme qui travaillent dans le pays et de veiller à leur sécurité, afin qu’ils soient en mesure de couvrir la situation du pays dans le domaine politique et en matière de droits de l’homme », a-t-il déclaré. 

La Guinée occupe « la 101e place du classement mondial de la liberté de la presse de 2019, sur 180 pays », a rappelé le Parlement européen qui a indiqué que « depuis 2015, au moins 20 journalistes ont été convoqués, détenus ou poursuivis », alors que « depuis le début des manifestations en octobre 2019, des journalistes, des défenseurs des droits de l’homme et des militants issus de la société civile ont été arrêtés. »

Diawara Thierno Oumar / todiawara@guineerealite.info 

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info