Conakry: le FNDC appelle la communauté internationale à plus de « fermeté » vis-à-vis des promoteurs d’une présidence à vie en Guinée

La coordination générale du Front national pour la défense de la Constitution a reçu, lundi 27 janvier 2020, dans ses locaux, à Conakry, une délégation des Nations-unies, conduite par le ghanéen Mohamed Ibn Chambas. 

Les discussions portaient sur la crise socio-politique guinéenne, notamment le projet de modification Constitutionnelle qui favoriserait un mandat de plus pour le chef de l’État, Alpha Condé.  Dans sa communication, le leader du mouvement anti-constitutionnel  a salué la présence des Nations-unies aux côtés du peuple de Guinée en ces moments « critiques » de son histoire.

Abdourahamane Sano a également exhorté la communauté internationale à envisager des « sanctions » à l’encontre des promoteurs du projet Constitutionnel, « nous avons été très honorés par la présence dans nos locaux de la mission onusienne qui séjourne actuellement dans notre pays, dans le cadre de la crise socio-politique, née de la volonté du président Alpha Condé de rester à la présidence à vie. Nous avons donc remercié toute la communauté internationale pour sa mobilisation en faveur de notre pays. Et nous avons interpellé les Nations-unies à remonter un peu plus dans la diplomatie pour envisager désormais, des sanctions contre ceux qui veulent mettre en péril la sécurité et la stabilité en Guinée et dans la sous-région.  Vous savez très bien  et chacun le sait on l’aura expliqué à son excellence  M. Mohamed Ibn Chambas,  la gravité de la situation et les tendances qui sont entrain de prendre aujourd’hui (…) Et nous avons remis en main propre un courrier à l’adresse du secrétaire général, en nous excusant bien sûr, parce que c’est pas la voie normale mais c’est pour dire combien, le peuple de Guinée est soucieux aujourd’hui de la dictature qui est entrain de s’installer et des conséquences possibles de cette situation pour notre pays et pour la sous-région. Nous allons d’ailleurs faire suivre la lettre là par un extrait de vidéo de certains propos, certains actes de violence, certaines atteintes  aux droits de l’homme pour que la lettre puisse être soutenue par des éléments tangibles (…) », déclare-t-il. 

En réaction à une des préoccupations de Dr Mohamed Ibn Chambas, concernant la destruction des biens publics et privés, lors des manifestations,  M. Sano a rassuré son hôte de l’ « engagement pacifique » du Fndc, « on l’a rassuré de notre engagement pacifique, de notre volonté à faire en sorte qu’aucune violence ne vienne du FNDC ou des populations (…) D’ailleurs, pouvait-il en être autrement ? Nous n’avons ni armes, ni munitions et on a absolument rien (…) Nous n’avons que notre mobilisation et la volonté de voir la démocratie se renforcer dans notre pays et on les a exhortés aux sanctions, aussi bien contre l’État que contre les promoteurs de ce projet, pour faire en sorte qu’on puisse fléchir la position du président pour favoriser vraiment l’encrage de la démocratie dans notre pays, parce que ce qui peut être le socle de la stabilité et de la sécurité dans  la sous-région. Nous sommes ouverts, nous sommes pour la paix et c’est la paix que nous cultivons malgré toutes les violences dont nous sommes victimes », a conclu Abdourahamane Sano.

Madiba Kaba / madibak@guineerealite.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Contentieux électoral : le recours de l’opposition rejeté par la Cour Constitutionnelle (Décision)

mar Jan 28 , 2020
Share on Facebook Tweet it Email Share on Facebook Tweet it Email Visiblement, la requête introduite par Me Salif Béavogui,  dans le cadre du contentieux électoral (législatives du 16 février 2020),  au nom de l’opposition guinéenne ne serait pas « consistante ». Par conséquent,  la Cour Constitutionnelle en son audience plénière non publique […]
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com