La crise guinéenne s’enlise : Abdourahamane Sano sollicite l’implication de la communauté internationale « avant qu’il ne soit trop tard »

Les choses vont vite pour le projet controversé de troisième mandat  en Guinée, pourrait-on dire. En conseil des ministres, jeudi 23 janvier 2020, au palais Sékhoutouréyah, à Conakry, le gouvernement a proposé au Président Condé la fixation d’une date « appropriée » de tenue du Référendum. Une  situation  qui n’est pas sans conséquences avec l’opposition « farouche » d’une frange importante de la population à tout changement  constitutionnel favorisant une présidence à vie dans le pays.

Et justement, face à cette situation qui pourrait dégénérer, le coordinateur général du Fndc a estimé qu’il est temps que la communauté internationale intervienne pour faire éviter le pire à la Guinée, « le Fndc reste déterminé à défendre la démocratie et l’État de droit par toutes les voies autorisées par la constitution et les autres lois de la  République aussi longtemps que le pouvoir s’arqueboutera à son projet funeste de troisième mandat quelque soit les sacrifices à consentir. Face aux  risques  d’embrasement qui guette la  Guinée et la sous-région, le  Fndc invite particulièrement et encore une fois la communauté internationale, la CEDEAO, l’Union africaine, l’Union européenne, les  Nations-unies ainsi que tous les partenaires techniques et financiers de la  Guinée à prendre les mesures urgentes qui s’imposent avant qu’il ne soit trop tard », a lancé M. Sano, en conférence de presse ce vendredi à Conakry.

Dans l’optique de continuer à faire la pression sur les promoteurs de nouvelle constitution, Abdouramane  Sano  a  appelé  les citoyens à resserrer les rangs pour sauver la constitution, « cependant, il revient avant tout à nous peuple de  Guinée, de continuer à assumer nos responsabilités en répondant massivement à l’appel  à  la résistance du FNDC, les mardi 28 et mercredi 29 janvier prochain  (…) Que tous les citoyens majeurs  opposés au troisième mandat, manifestent contre ce projet dans leurs districts, leurs sous-préfectures  et sur l’ensemble du territoire national », a déclaré le patron du mouvement qui, par la même occasion, a appelé le peuple de Guinée à la vigilance, « compte tenu du fait que la violence est devenue la pratique courante du pouvoir, nous demandons à tous  les  pères de famille, chefs d’entreprises, responsables à tous les niveaux de demeurer vigilants, d’observer la prudence et de veiller à ce que chacun reste chez soi pour éviter d’être exposé aux violences que nous connaissons depuis quelques temps », lance-t-il. 

Nonobstant, Abdourahane Sano a fait part de son optimisme en ces termes, « le chaos en  République de  Guinée est encore évitable en avortant le coup d’État constitutionnel ».

Madeleine Kotus / madeleinekotus@guineerealite.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Sidya Touré réagit à la suite du communiqué du gouvernement appelant le président Condé à fixer une date pour le référendum

ven Jan 24 , 2020
Share on Facebook Tweet it Email Share on Facebook Tweet it Email Lors du conseil des ministres, tenu hier jeudi, à Conakry, le gouvernement a proposé au chef de l’État la fixation d’une date « appropriée » pour la tenue du référendum devant doter la Guinée d’une nouvelle constitution. Interpellé sur la […]
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com