Lansana Kouyaté sur l’incendie à la Casse: « Cet acte à la fois crapuleux et dangereux, vise à fragiliser l’unité de notre nation »

Vingt quatre heures après l’incendie de plusieurs véhicules à la Casse, située au grand marché Madina, à Conakry, le leader du Parti de l’Espoir pour le Développement National (PEDN) a vigoureusement condamné l’acte. 

Dans une vidéo postée dans les réseaux sociaux, ce jeudi 23 janvier 2020, Lansana Kouyaté a invité ses compatriotes à comprendre ces « manœuvres », « nous avons appris avec inquiétude et dégoût, l’incendie apparemment volontaire qui a calciné plusieurs véhicules au lieu dit « la Casse de Madina ». Au nom des militantes et militants du PEDN, nous condamnons avec vigueur cet acte à la fois crapuleux et dangereux visant à fragiliser l’unité de notre nation. Il est perpétré au moment où, de profondes différences sont enregistrées entre deux entités : ceux qui défendent contre les lois, contre le bon sens et contre la stabilité du pays, le projet d’un changement de constitution qui a été le référentiel ces dix dernières années d’un consentement quasi-général, d’une part, et ceux qui, soucieux de la stabilité du pays, s’opposent à tout changement permettant d’aboutir à l’aventurisme bricolé de la perpétuation d’un pouvoir absolu au sommet de l’État. De cette tentative de changement à la hussarde n’ayant aucune chance de prospérer, l’on assiste à présent à la fixation de la date d’élection législative, conçue à la base comme frauduleuse et hautement corrompue. Les braves citoyens de Guinée, comprenant ces manœuvres, ils sont également opposés, je dirais même hostiles (…) C’est face à une telle détermination du peuple qui devrait enseigner sagesse, après des morts et des blessés que les magiciens, tel dans  l’odyssée , sortir de leur désastre, le plus dangereux des démons, celui de la haine des citoyens, les uns contre les autres. Ceci est d’autant plus grave qu’ils visent à créer des affrontements entre peuls et malinkés (…) Du déjà vu, donc du déjà connu, serait-t-on tenté de dire (…)  », dénonce-t-il.

Mesurant la gravité d’un affrontement ethnique d’une part, les conséquences d’une modification constitutionnelle de l’autre, l’ancien PM, appellera  ses concitoyens, d’où qu’ils se trouvent, à former un bloc pour faire éviter le « pire » à la Guinée, « je lance un appel pressent aux deux groupes ethniques principalement et à tout le peuple de Guinée de  façon  générale,  de mesurer la dangerosité d’une telle pratique et de comprendre que changement de constitution, élection législative bâclée et création de haine entre deux de nos ethnies, ont le même objectif (…) La continuation d’un État coupable des boues dont souffre le peuple de Guinée: Insécurité et impunité; vol et détournement de deniers publics; manque d’eau et d’électricité; promesses fallacieuses sans lendemain et protection systématique des pillards de tout acabit (…) Refusons la haine, refusons l’exclusion, refusons le mensonge (…) Je voudrais dire à tous les guinéens comme le disait l’autre, l’on fait la guerre quand l’on veut mais on ne la termine  que  quand on peut. Cela veut dire  qu’on sait quand on commence, on ne sait jamais quand est-ce on finira (…) Que Dieu nous préserve de tout cela, que Dieu nous guide vers les vertus individuelles qui conduiront le peuple à la prospérité de tous (…) », a lancé M. Kouyaté.

Diawara Thierno Oumar / todiawara@guineerealite.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com