Lancement de la campagne électorale: « Le président Alpha Condé ne pouvait que respecter ce délai…», réaction de Boubacar Diallo du PPD

Depuis le décret fixant l’ouverture et la fermeture de la campagne électorale en vue des législatives du 16 février prochain, des réactions et autres commentaires se multiplient, surtout au sein de la classe politique. Si d’aucuns qualifient cet acte présidentiel de « forcing », d’autres estiment que c’est tout à fait légal, conformément au chronogramme établi par l’institution en charge d’organiser les élections en République de Guinée. 

Pour le président du parti Pour la Paix et le Développement Boubacar Diallo, cette démarche du chef de l’État s’inscrit en droite ligne avec sa volonté d’organiser les élections législatives, « c’est quelque chose qui va dans le droit chemin de l’annonce que le président Alpha Condé avait fait en disant que les élections législatives auront lieu le 16 février prochain. Donc il ne pouvait que respecter ce délai en prenant ce décret là maintenant. En tant que président du PPD, nous sommes candidats aux élections législatives, ça c’est sûr », déclare-t-il.

En dépit de tout, le candidat Boubacar Diallo a exprimé ses inquiétudes face au processus électoral en cours, « ce sont les préparatifs qui sont un peu bousculé parce que vous n’êtes pas sans savoir que la CENI n’a pas encore donné les spécimens de signature pour la campagne (…) Même quand vous devez faire la campagne, il va falloir que vous montrer aux gens comment ils doivent voter pour vous (…) Il y a cela et beaucoup d’autres choses qui ne sont pas encore mise en place mais ce sont des manquements qui se règlent au fur et à mesure un mois de campagne, c’est très long, donc ce sont des choses qu’on peut rattraper plus tard », a-t-il expliqué. 

Se prononçant sur la « menace » de l’opposition d’empêcher la tenue des législatives du 16 février, Boubacar Diallo pense que cela n’est pas possible, « quand l’opposition dit que l’élection ne peut pas se tenir, je veux bien savoir comment ? Peut être qu’il y aura des troubles, certes, dans certaines zones on peut ne pas voter mais est ce que cela va empêcher qu’il y ait des élections sur le reste du territoire national, non, je ne pense pas », affirme-t-il avant d’émettre le souhait de voir « l’actuel parlement renouvelé, composé des hommes nouveaux qui pourront proposer de nouvelles choses pour que ce pays là décolle », a indiqué le candidat du PPD.

Madeleine Kotus / madeleinekotus@guineerealite.info

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info