Tribune: cri de cœur contre l’injustice  (Par Bintou Diakhaby)

Depuis la dernière bavure jeudi dernier de certains éléments des forces de l’ordre à gâchette facile, arrachant lâchement à l’affection de leurs familles des âmes si jeunes et si innocentes, nombre de nos compatriotes, sous l’effet de la colère et de l’indignation, se sont rués sur les réseaux sociaux, appelant à se venger des familles des forces de l’ordre.  Voilà une preuve éloquente que notre pays, si nous n’y prenons garde, est en passe de basculer de façon tragique vers l’irréparable.

La vengeance, en dépit de notre saine et légitime colère, n’est pas à cautionner ! Ce serait une bien dangereuse idée ! D’abord, comment identifier les familles de ceux qui ont tué nos compatriotes alors qu’ils ne sont, eux-mêmes, pas identifiés ? Ou, s’agirait-il de s’en prendre à elles pour le simple fait d’avoir un corps habillé dans sa famille ?

D’ailleurs, pourquoi ce sont leurs familles qui doivent payer à leur place ? Ce n’est pas parce que mon père ou un quelconque membre de ma famille aurait tué quelqu’un que moi, mériterais-je la mort. La responsabilité ne doit pas ainsi être conçue. 

Alors mes chers compatriotes, sachons raison gardée. Ces « assassins » sont employés par un système qu’ils servent sans aucun doute avec démesure. Ce système, c’est lui qui doit être notre première cible. Nous poserons un acte de salubrité publique en le démolissant.

Aucune âme ne mérite d’être arrachée, car elle est sacrée.  Travaillons donc à ce que  Dieu préserve notre cher pays, la Guinée, des griffes de ceux qui, sans cœur, veulent le mettre à feu et à sang.

Bintou Diakhaby, activiste de la société civile guinéenne

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info