samedi, décembre 3

Conakry : la révolte enfle de nouveau, le président Condé n’a toujours pas renoncé à  son projet constitutionnel

Des réunions et autres rencontres visant à « contraindre » le chef de l’État à renoncer officiellement à son projet de changement constitutionnel, se multiplient tant en Guinée qu’à l’extérieur du pays. 

Après la Coordination générale du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) vendredi dernier, c’était autour lundi 23 décembre courant de l’opposition guinéenne de se retrouver  au QG de l’UFDG au quartier Hamdalaye à Conakry  pour évaluer les conditions d’organisation des prochaines législatives d’une part et de l’autre, dénoncer une nouvelle fois le projet de changement constitutionnel du président Alpha Condé qui tient vaille que vaille à faire  « imposer » son projet controversé au peuple de Guinée. 

A la lumière de toutes ces  rencontres,  des séries de manifestations s’annoncent jusqu’à l’abandon de ce projet qui favoriserait une présidence à vie en République de Guinée.  En guise d’exemple, une marche de l’« ultimatum » du FNDC prévue jeudi 26 décembre 2019 sur toute l’étendue du territoire, enregistre une adhésion massive du peuple de Guinée,  comme cela a été toujours le cas. Cette marche d’« ultimatum » démontrerait davantage la détermination et l’esprit de sacrifices, que le peuple de Guinée serait prêt  à  faire pour empêcher  cette affaire de 3ème mandat.

Plus loin, les leaders de l’opposition plurielle, eux aussi, n’entendent point baisser la garde.  Comme annoncé, ci-dessus, en réunion hier lundi,  ces leaders politiques ont réitéré leur « farouche » opposition à cette initiative présidentielle et par la même occasion, ils ont renoncé officiellement à leur participation à ces échéances électorales non seulement et surtout empêcher la tenue  de ce scrutin. Ils appellent ainsi à la mobilisation de leurs militants et sympathisants pour un sursaut national.

Mais aux dernières nouvelles, on apprend que les autorités communales de Matoto et de Kaloum ne sont pas favorables à ces manifestations de rues. Elles ont ainsi demandé aux organisateurs de surseoir à tout mouvement de protestations en cette fin d’années sur les voies et places publiques. Cette demande sera t-elle acceptée par les leaders du FNDC ?

La Rédaction / redaction@guineerealite.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com