Violences sexuelles en Guinée: « Les conséquences sont souvent les mariages forcés… »,  selon  le ministre Taran Diallo

A Conakry, le ministre de l’unité nationale et de la citoyenneté a profité de la célébration de la journée internationale des droits de l’homme pour expliquer les actions que son département est entrain de mener dans le cadre de l’éradication des violences en Guinée. 

Mamadou Taran Diallo a donné quelques statistiques sur les violences faites notamment aux femmes et aux filles sur l’ensemble du territoire. Les chiffres sur les violences sexuelles font froid dans le dos : « La célébration de 16 jours d’activisme a attiré l’attention particulière sur le fait que le crime du viol est une violation importante des droits de l’homme. En Guinée, les violences sexuelles restent répandue, en effet environ une femme sur 3, soit 29% des femmes ont subi des violences sexuelles au cours de leur vie. Les statistiques sont alarmantes dans la région de Faranah 45%; Conakry 39,6 %; Kankan 37,9%; N’zérékoré 35,7% et Kindia 35,6% », a déclaré le ministre Taran qui justifie ces violences par les mariages forcés: « Les conséquences sont souvent les mariages forcés, les grossesses non désirées, la perte de confiance en soi et dans la société avec une forte pesanteur socioculturelle », a-t-il laissé entendre. 

Enfin le ministre Taran Diallo a dit que des actions concrètes sont entrain d’être menées pour stopper le phénomène. 

Madiba Kaba / madibak@guineerealite.info

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info