Confiscation des pouvoirs en Afrique : Robert Bourgi appelle le Président Macron à réagir !

Dans un entretien accordé à la chaîne de Télévision française LCI, le « Monsieur Afrique », réputé pour ses agissements sur le continent, regrette le rôle qu’il a joué auprès des présidents « dictateurs ». Avocat au barreau de Paris, Robert Bourgi s’élève contre les présidents africains qui veulent s’éterniser au pouvoir en modifiant la constitution.

Il demande au Président français Emmanuel Macon d’user de ses forces pour faire libérer les peuples africains des mains de ces « dictateurs » : « Le président Oumar Bongo accède à la présidence en 1967, je l’ai servi loyalement, efficacement et je l’ai tant aimé, s’il était en vie aujourd’hui, je lui aurait tourné le dos. Il a gouverné le pays de 1967 à 2009. Son fils Ali Bongo a été battu en août 2016, voilà que cet homme se maintient au pouvoir, ça fait donc pratiquement 50 ans pareil pour le Togo. Le président Eyadema prend le pouvoir, il y est resté 40 ans. Son fils va entamer son troisième mandat, il y a des manifestations, des soulèvements dans tout le pays, des massacres et la France ne bouge pas. C’est pour cela j’ai dit que le président Macron a un devoir vis-à-vis de toutes les populations africaines, de toute la jeunesse Africaine qui attendent beaucoup de lui », a-t-il rappelé.

Pour Robert Bourgi, le simple coup de fil du président Macron suffit pour faire partir ces « dictateurs » : « S’il a le mandat de l’ONU, un mandat international comme l’a fait le président Sarkozy en Côte d’Ivoire pour renvoyer Laurent Gbagbo à la CPI. Ce n’est pas difficile, il prend le téléphone, il appelle le Secrétaire Général des Nations-Unies, il appelle l’Union européenne, mandat lui ait donné, ils dégagent », a proposé Robert Bourgi.

Décryptage: Madiba Kaba / madibak@guineerealite.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com