vendredi, décembre 2

Jour : 13 novembre 2019

Le rapport d’Amnesty International sur la Guinée : le non respect des droits de l’homme pointé !

Politique, Société
Dans un rapport rendu public mercredi 13 novembre 2019, intitulé « Les voyants au rouge à l'approche de l'élection présidentielle », Amnesty International, à travers les « faits et les chiffres », est largement revenue sur les événements douloureux qui ont marqué la gouvernance du Président Alpha Condé. Selon le rapport,  depuis 2015, au moins cent neuf (109) citoyens guinéens sont morts en détention dans les 33 prisons du pays. Se prononçant sur les violences post-électorales survenues en 2018, Amnesty International dénonce la mort d'au moins dix neuf (19) autres personnes dont douze (12) tuées par les forces de l'ordre. L'organisation a également rappelé l'interpellation ou la détention de vingt-quatre (24) journalistes par la police nationale. Durant les quatre dernières années, Amne...

Manif du 14 novembre: le FNDC considère le « silence » des autorités communales comme une autorisation (Communiqué)

Communiqué, Politique, Société
COMMUNIQUE N°026 Dans le cadre de sa marche pacifique de demain jeudi 14 novembre 2019, le FNDC a adressé une déclaration de marche aux Maires des trois communes concernées par la manifestation, à savoir Matoto, Matam et Kaloum. Cette démarche du FNDC a respecté aussi bien la forme que le fond conformément aux disposition de la loi en vigueur en République de Guinée. Nous sommes à moins de 24 heures avant le début de cet important rendez-vous tant attendu par des milliers de citoyens de Conakry qui sont décidés à protester contre le tripatouillage de notre Constitution. Le FNDC prend acte du fait qu’il n’ait reçu, à date, aucune réponse venant des autorités auxquelles il a adressé les courriers afin qu’elles s’associent à l’organisation de cette marche pour en garantir son bon déroulem...

Léger remaniement ministériel : « La préoccupation du chef de l’Etat devait plutôt consister à ouvrir une enquête sur les tueries » (Cellule Com UFR)

Politique, Société
L'UFR, le parti dirigé par Sidya Touré considère ce décret comme un "cheveu dans la soupe". Pour le responsable de la communication de l'Union des Forces Républicaines, la préoccupation du Chef de l'État devait plutôt consister à ouvrir une enquête afin de situer les responsabilités sur les différentes tueries enregistrées dans le pays :  « Le peuple à plusieurs préoccupations auxquelles le gouvernement doit faire face, car l'objectif d'un gouvernement c'est l'amélioration des conditions de vie des populations. C'est de poser des actes importants que les gens ont besoin dans ce pays là. Plus d'écoles, plus de routes, plus de centres de santé. Si vous n'arrivez pas à ça et que vous vous mettez à remplacer les gens parce qu'ils appartiennent à la même région où qu'ils portent le même nom, ce...
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com