Royaume-Uni: AGREBAC-UK s’engage à unir les ressortissants de la Basse Côte pour le développement de la région (Interview)

Les fils et les filles de la Basse Guinée sont désormais réunis au sein de l’Association Guinéenne des Ressortissants de la Basse Côte au Royaume-Uni, AGREBAC-UK, en abrégé. Les membres de cette structure naissante ont mis l’accent sur l’entente entre les fils et les filles de la région en vue de faire développer leurs localités respectives.

Notre rédaction a rencontré le Président de AGREBAC-UK à Manchester, une ville située à 4 heures de route de Londres. Avec Monsieur Bangoura Fodé, nous avons parlé entre autres des projets de développement pour la Basse-Guinée…  

Parlez-nous de la genèse de votre Association ?

« C’est une Association naissante. Sa création remonte en avril 2018 ici au Royaume-Uni. L’idée est partie d’un constat. Nous avions remarqué que pratiquement tous les ressortissants des autres régions étaient représentés sauf la Basse Côte. C’est ainsi que nous avons décidé de créer une Association dénommée Association Guinéenne des Ressortissants de la Basse Côte au Royaume-Uni, au sein de laquelle les fils et les filles de la Basse Côte peuvent se retrouver pour parler d’une même voix. Autre constat motivant la création de AGREBAC-UK, c’est qu’à chaque fois qu’un ressortissant de la Basse Côte à un problème ici, les autres Associations viennent tout de suite en aide. Donc vu le nombre important des ressortissants de la Basse Côte, la mise en place d’une Association serait un atout pour nous, non seulement pour s’entraider mais aussi aider nos frères et sœurs restés au pays. Pas contre les autres, loin de là ou encore faire une quelconque rivalité. Mais c’est plutôt une façon d’unir les fils et les filles de la Basse Côte à travers AGREBAC-UK. Dieu merci, aujourd’hui nous sommes presque une centaine de membres y compris le bureau exécutif. »

Vous parliez de problèmes auxquels certains ressortissants de la Basse Côte seraient confrontés. Peut-on avoir une idée ?

« L’exemple le plus frappant, il ya un ressortissant de la Basse Côte qui est décédé ici. La Basse Côte n’ayant pas une Association, il a fallu l’aide des autres Associations, notamment le rapatriement du corps etc.. Tous ces facteurs ont contribué à la création de AGREBAC-UK qui, aujourd’hui peut venir en aide à tout ressortissant de notre région en difficulté. »

Lorsqu’on vous demandait des actions réalisées par votre AGREBAC-UK, qu’allez-vous nous dire en tant que premier responsable de cette structure ? 

« C’est une nouvelle Association. Mais néanmoins à l’occasion du denier mois de ramadan, nous avons débloqué un montant pour aider nos frères et sœurs. Pour le moment c’est ce don qui est notre actif. »

Avez-vous des projets pour la Basse Guinée ?

« Nous avons plein de projets pour notre région. D’abord l’amélioration des conditions de vie de nos parents constitue une préoccupation majeure pour nous. Cela passe nécessairement par la construction des écoles, l’adduction d’eaux potables pour toute la région. C’est petit-à-petit l’oiseau fait son nid, donc nous allons y arriver par la grâce de Dieu. »

Quels sont les domaines d’intervention de votre Association (AGREBAC-UK) ?

« Nous intervenons dans plusieurs domaines. Mais nous donnons la priorité au social. C’est très important pour un premier temps. »

Avez-vous un message à l’endroit des ressortissants de la Basse Côte, d’où qu’ils se trouvent ?

« Je demande à tous les fils et à toutes les filles de la Basse Côte de se joindre à nous pour qu’on puisse unir nos forces pour faire développer notre région à nous. Basse Côte est une région cosmopolite où toutes les ethnies de la Guinée se sont données rendez-vous. Lorsque nous nous donnons la main, j’en suis sûr que nous pourrons faire beaucoup de choses pour notre région. L’État ne peut faire tout, raison de plus, les fils et les filles de la Basse Guinée devons nous lever pour construire nos villes et nos villages. Voilà mon message. »

Entretien réalisé Thierno Oumar Diawara / todiawara@guineerealite.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here