Assises de la jeunesse de l’UFR: les participants s’engagent à faire élire Sidya Touré à la magistrature suprême en 2020

Finies les assises du Conseil National de la Jeunesse du parti de l’Union des Forces Républicaines. La rencontre a réuni les jeunes de l’UFR de Conakry et de l’intérieur du pays au siège du parti à Matam. Les échanges ont porté sur plusieurs thèmes notamment, l’engagement politique, le processus électoral et la structuration des jeunes du parti.

A l’issue des deux jours d’assises, c’est Aly Badara Koné qui a été élu comme secrétaire général de la jeunesse: « Ces assises ont été décidées par nous jeunes de l’UFR afin qu’on puisse se parler, développer des stratégies pouvant nous permettre de conquérir le pouvoir afin d’abréger la souffrance des guinéens, elle-même résultant d’une mauvaise gouvernance. Voilà pourquoi partout dans le monde, les guinéens s’indignent. Allez-y sur les réseaux sociaux, faite un voyage sur les routes pour vous en convaincre. La Guinée va mal et de mal en pis. Nous sommes fatigués, deux mandats, ça suffit », a -t-il lancé.

Ces assises ont connu la participation des représentants de plusieurs partis politiques de l’opposition et des membres du FNDC mais aussi de la CODE. De son côté, le président de l’UFR a remercié les participants avant de s’exprimer sur les questions électorales: « Je voudrais donc féliciter tous les militants de l’UFR qui ont supporté cette idée. Féliciter les organisateurs de ces assises et leur dire à quel point nous leur sommes reconnaissants, du faite que nous avons pu renouveler nos structures de jeunesses et nous préparer pour la suite des événements », a déclaré Sidya Touré.

Poursuivant, l’ancien Premier ministre a souligné l’importance de ces assises car, il a estimé que les débats qui en découlent sont constructifs: « Pendant deux jours, vous avez parlé donc surtout, du processus électoral qui est une préoccupation majeure en Guinée. Parce que nous n’avons jamais eu depuis 2010 les élections, je ne parle pas de transparence, des élections acceptables », a regretté le président de l’UFR.

Selon les acteurs du processus électoral, l’élection législative se tiendra d’ici à la fin de l’année 2019 et la présidentielle en 2020. Au terme des travaux, les militants et sympathisants de l’UFR se sont engagés à faire élire leur leader à la magistrature suprême en 2020.

Madiba Kaba / madibak@guineerealite.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here