Conakry: quand la journée internationale de la femme africaine passe sous silence !

Le 31 juillet de chaque année est dédié à la journée Internationale de la femme africaine. En Guinée, les autorités compétentes s’intéressent peu ou ne s’intéressent pas du tout à la célébration de cette journée. Cette année, les festivités sont placées sous le thème « Célébrer les victoires partielles« .

Malheureusement, cette fête n’a jamais connu d’engouement depuis son instauration en Guinée en juillet 2014.  Une situation qui fait réagir certaines femmes qui dénoncent le caractère morose de ladite fête.

C’est le cas de Hadja Maimouna Bah, ancienne ministre qui  regrette la célébration silencieuse de cette journée en Guinée: « C’est regrettable que cette fête ne soit pas populaire en Afrique. Une plateforme d’expression de prise de conscience de bilan, pour voir ce que les femmes sont entrain de faire et ce qui reste à faire sur le terrain. Parce qu’au-delà de tout, la femme, c’est elle qui donne la vie. C’est une éducatrice hors pair. Elle a vraiment les facultés lui permettant de résoudre les problèmes plus que les hommes« , a-t-elle déclaré avant d’ajouter, « Les femmes ont pris une part active dans la lutte pour l’indépendance. Moi, je crois qu’il faut d’abord connaître l’histoire de l’Afrique pour connaître le combat que les femmes ont mené. Les Miriam Makeba et beaucoup d’autres ont pris une part active de ce combat. Particulièrement, Hawa Keita, la première dame du Mali à l’époque, qui était députée fédérale de la fédération du Mali se sont impliquées dans le développement du continent« , a-t-elle rappelé.

Pour conclure, Hadja Maimouna Bah appelle les guinéennes à l’union: « Je souhaite que les femmes se retrouvent pour faire un combat commun. Aujourd’hui, vous pensez que les femmes africaines ne travaillent pas, c’est parce qu’il n’y a pas de visibilité dans les activités des femmes. C’est pourquoi, elles doivent se retrouver pour faire une force« .

Pour la petite histoire, la journée internationale de la femme africaine est inspirée par Aoua Keita sage-femme, militante et syndicaliste, féministe. Elle fut l’une des premières députées au Mali. Contrairement à la journée du 8 mars, cette autre journée de la femme reste méconnue par le fait de négligence de la part des décideurs.

Madiba Kaba / madiba.kaba@guineerealite.com

Next Post

Docteur Ousmane Kaba parle - "Le PM Kassory m'a proposé d'être le ministre des finances, mais j'ai décliné pour sauver le Pades"

jeu Août 1 , 2019
Share on Facebook Tweet it Email Share on Facebook Tweet it Email Près de deux ans depuis la composition du gouvernement Kassory, docteur Ousmane Kaba, leader politique brise le silence et dévoile tout à votre quotidien d’information (guineerealite.com). Dans un entretien exclusif que le patron du Pades a bien voulu […]
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com