samedi, décembre 3

Jour : 29 mai 2019

Modification de la constitution: le « OUI » du PM Kassory est une obligation morale

Libre Opinion, Politique, Société
Quand le premier ministre Ibrahima Kassory Fofana se dit favorable à la modification de la constitution, cela ne devrait surprendre personne. Il est celui qui, en apportant son soutien au projet présidentiel dira qu’il n’a ni l’énergie ni la détermination du président et partant, il fera fondre son parti GPT dans la mouvance présidentielle. Face à ce projet de nouvelle constitution pour lequel il part en campagne, des mouvements d'opposition se créent partout à l’initiative des organisations de la société civile guinéenne et à laquelle se joint l’appel de partis politiques de l’opposition. S'il y’a un effet de surprise à relever dans les propos du premier ministre, c’est l’annonce du soutien collectif du gouvernement à ce projet. Tous les ministres seraient donc favorable audit projet, alo...

Modification de la constitution en Guinée: la France exprime son inquiétude

A la Une, Politique, Société
Le patron de la diplomatie française a longuement abordé hier mardi 28 mai 2019 plusieurs sujets d'actualité africaine, notamment le projet de modification de la constitution en Guinée. Interpellé par la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale, Jean-Yves Le Drian n'a pas manqué de dire sa préoccupation face aux velléités de reforme de la constitution à Conakry: « Sur la Guinée, oui je sais. Mais je suis en séance publique, donc je ne peux que constater comme vous une situation qui peut être préoccupante », a-t-il indiqué au micro de nos confrères de Radio France international. La Rédaction du groupe Sud Média Guinée

Urgent: vers la désactivation de tous les réseaux sociaux en Guinée ?

A la Une, Politique, Société
Selon l'Association des Blogueurs de Guinée (ABLOGUI), le gouvernement guinéen à travers le ministère de l'éducation nationale aurait décidé de désactiver les réseaux sociaux sur toute l'étendue du territoire. Il s'agit de Messenger, imo, wathsApp, Facebook, viber et instagram. La mesure issue des ateliers régionaux préparatoires des examens nationaux session 2019, pourrait entrer en vigueur pendant la période des évaluations. A cet effet, ABLOGUI s'est fendue d'une déclaration dans laquelle elle a mis en garde le gouvernement guinéen contre la mise en œuvre d'une telle recommandation qui consisterait une "grave atteinte à la liberté d'expression". Lisez plutôt ladite déclaration !
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com