Infrastructure Routière: la route Coyah-Forécariah dans un état de dégradation très avancé

Si l’on est usagé et l’on pratique la route Coyah-Forécariah, l’on aurait sans doute eu des problèmes de santé tant les secousses font mal. Car, cette route demeure aujourd’hui un calvaire pour les citoyens. Des nids d’éléphant partout, difficile de voir une couche de goudron sur ce tronçon. « Cette route nous cause beaucoup de problème. L’état actuel de la route s’il n’y aura pas une amélioration l’hivernage qui arrive la route sera totalement impraticable », a souligné Abdoul Fofana, un usagé de cette route.

Alors qu’elle est la même route qui relie la Guinée à la Sierra Leone, cette route dont la circulation laisse rêveurs, connait un tel niveau de dégradation qui ne restera pas sans conséquence sur le transport et le commerce entre ses deux pays. Pas que, « Non seulement le transport des produits de Forécariah à Conakry va causer beaucoup de problème », a interpelle Abdoul Fofana. Pire, des accidents de la circulation se multiplient du jour au lendemain sur cette route. « Qu’est-ce qui se passe on a envoyé les graviers mélangés de poussières remplir les trous. Donc si une voiture passe, s’il y a un motard derrière cette voiture il ne peut pas voir. Cela cause actuellement beaucoup d’accidents ,» a indiqué ce natif Forécariah.

Qui sont donc les responsables de cette souffrance? Beaucoup de voix pointent les cadres ingrats.  « On accuse non seulement les trois premiers ministres mais aussi le président de la république. La manière dont on souffre on confirme que l’état est vraiment absent, l’état oublie cette route », renchérit Abdoul Fofana.

Forécariah, une préfecture oubliée par ses cadres eux-mêmes et que l’on ne voit qu’à l’occasion des campagnes électorales, dénoncent ses habitants. Mais pour la reconstruction de cette préfecture l’espoir n’est pas totalement perdu. « Malgré il y’a eu trois premiers ministres mais bon, ceux qui peuvent venir y voir et travailler font deux. Mais toujours nous comptons sur le gouvernement. Quelque soit le temps je pense que le gouvernement viendra en aide »,  nous a déclaré Jean Tolno.

Au cas contraire, la population locale menace de couper carrément le pont avec le gouvernement. « On refuse non seulement de voter par ce que l’État a oublié cette route. Là ce n’est pas dire que nous allons voter pour Kassory. N’importe quelle personne même si c’est un fils digne de Forécariah, on refuse de voter pour eux », a dit Abdoul Fofana avec un ton ferme.

Espérons que tout ira mieux pour empêcher de voir du feu au poudre.

Pour la Rédaction du groupe Sud Média Guinée( Ibrahima Djikiné)

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info