Accidents meurtriers en Guinée: le silence coupable du gouvernement

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce silence des gouvernants devenu habituel  à la suite de drame, frise l’irresponsabilité. C’est révoltant de leur entendre souvent arguer, justifier incroyablement que ce silence tardif et pesant, s’explique par le manque d’informations précises à temps. Nous sommes tentés de se demander s’ils ont de la pierre tombale à la place du cœur ? Cette sidérante impression est insoutenable!

Cette fois encore, le gouvernement guinéen a montré ses limites face aux derniers événements douloureux survenus sur son territoire. Il s’agit de l’éboulement d’une mine d’or dans la préfecture de Siguiri en Haute Guinée faisant une vingtaine de morts; l’accident de la route de Koundara en Moyenne Guinée tuant une dizaine de citoyens guinéens. Jusqu’ici aucune réaction de la part des autorités encore moins un message de compassion à l’endroit du peuple de Guinée par ricochet les familles éplorées. Cette attitude du gouvernement qui n’est pas surprenante aux yeux des observateurs, justifie davantage son caractère cynique. Dans un Etat normal, des journées de deuil national seraient décrétés dans tout le pays en mémoire de ces nombreuses victimes. Mais hélas, le président Alpha Condé et son équipe ont préféré se taire comme si de rien était alors que rien ne vaut que la vie. Sommes-nous obligés de leur rappeler que l’âme est sacrée et que le témoignage de compassion est humain et élémentaire ?

Ces pertes tragiques devraient leur interpeler sur l’importance de leurs responsabilités. Si ce gouvernement avait du respect et de la considération pour la vie humaine, il devrait prendre des mesures idoines pour réduire les multiples accidents de la route qui continuent d’endeuiller des centaines de familles ou encore faire éviter ces éboulements dans les mines d’or en réglementant le secteur. Cependant, l’on est en droit de se demander du rôle régalien d’un Etat comme le nôtre dans pareilles circonstances. Des citoyens guinéens sont persécutés, tués sans que le droit ne soit dit. Des assassinats ciblés se produisent sur le sol guinéen sous le silence coupable du gouvernement. La sécurité des citoyens -premier des droits- et de leurs biens est presqu’inexistante. Personne n’est à l’abri de l’insécurité grandissante alors que l’Etat est doté d’un pouvoir lui permettant de résolument faire face à l’insécurité galopante.

A l’allure actuelle des choses, livrés à eux-mêmes, il ne faut pas s’étonner que les citoyens soient portés à l’autodéfense.

Ce silence habituel du gouvernement est écœurant le retard accusé à communiquer est incompréhensible et inacceptable. Brillant toujours par cette communication tardive, c’est ainsi que l’on voit le ministre Tibou Camara intervenir.

Pour la Rédaction du groupe Sud Média Guinée (TOD)

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info