Immigration : le DG de l’office belge des étrangers à Conakry

L’immigration, question de préoccupation majeure à l’échelle internationale, cristallise les relations entre les pays. Les pays européens ne sont pas en reste; ce continent eldorado pour nombre de jeunes africains est aujourd’hui confronté à de vagues d’immigrations. Désemparés et dans la difficulté d’y répondre convenablement, ces pays se sentent plus que jamais menacés par les extrêmes. Voilà pourquoi, analyse faite, ils entendent désormais y remédier au départ des pays afin de dissuader les candidats à l’immigration.

C’est donc dans cette perspective que le ministre de l’Administration du Territoire et de la décentralisation, le général Bouréma Condé, a reçu ce mercredi 9 janvier 2019 une délégation conduite par le Directeur général de l’Office belge des Etrangers, Freddy Roosemont. Il avait à ses côtés M. Cheick Mohamed Konaté, son conseiller à la Gouvernance, M. Fadama Itala Kourouma le Directeur national de l’Administration du Territoire et Mme Millimouno Delphine Ouendeno, la Directrice du SENAH.

Naturellement, l’objet de cette visite qui porte sur l’immigration est «l’identification d’une stratégie commune », histoire d’expliquer pédagogiquement le mirage que constitue l’aventure afin de dissuader les candidats et aussi démanteler les réseaux de passeurs. Sans oublier, l’initiative relative à la mise en place des activités génératrices de revenus.

C’est, justement, ces récurrents sujets qui ont été au cœur des échanges entre le ministre et son hôte. Le volet coopération sera aussi abordé par le ministre, général Bouréma Condé.

Dans son intervention de circonstance, le Directeur général de l’Office belge des Etrangers, Freddy Roosemont, a souligné l’importance de ce sujet dans le cadre de la collaboration entre l’Etat guinéen et son pays. Une collaboration qui devrait continuer afin de traiter en amont et en aval le phénomène de migration illégale.

Pour justifier, tacitement, l’important nombre de refus d’accorder le statut de réfugié -politique- aux nombreux Guinéens y vivant, l’hôte du ministre soutiendra qu’il ne faut «pas abuser de la procédure d’asile belge» Car, selon, dira-t-il assurément « La Guinée est un pays tout à fait démocratique ».

Avant d’ajouter, à l’honneur du pouvoir, «qu’il n’y a pas de réfugiés politiques qui viennent de ce pays et que personne ne peut invoquer cela pour abuser de la procédure d’asile belge.»

L’Europe a aussi ses problèmes et l’impatience de ses populations va crescendo. Encore en proie à la crise, la société elle-même, connaît un climat électrique fait de défiance à l’autorité. L’hôte du ministre, dresse un tableau rappelant tout le mirage actuel « l’Europe n’est pas toujours l’Eldorado dont rêvent beaucoup de migrants. L’Europe c’est parfois  sans papier de séjour, sans travail, sans aide médicale, sans logement.» Et, se lance-t-il dans une opération de disqualification qui ne manque, certainement pas de sens «Tout ce que racontent les trafiquants qui gagnent de l’argent sur le dos des pauvres gens n’est pas juste. Ce n’est pas la vérité.»

Le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, s’est particulièrement réjoui de la venue de cette importante délégation de la Belgique. Une visite qui témoigne de l’excellence des relations entre Bruxelles et Conakry. Il a émis le souhait de voir le phénomène de migration illégale maîtrisé ou stoppé. Mais pour ce faire, il va falloir que des efforts soient consentis aussi bien de la part des pays de départ que des pays d’arrivée ou d’accueil. Il soutient que les enfants qui quittent le pays pour prendre le chemin de l’exil ou de l’aventure, dans les conditions déplorables que tout le monde sait, devraient pouvoir recevoir une info-sensibilisation très forte sur les conséquences de leur démarche. D’où la nécessité d’encourager et de favoriser la migration légale à travers des projets innovants.

A rappeler que l’année dernière, précisément au mois de février, le secrétaire d’Etat belge était venu en Guinée pour parler du même sujet.  Il avait été préconisé entre autres de procéder à une sorte de cooptation de Guinéens à former en Belgique pour revenir travailler plus tard dans les entreprises belges délocalisées en Afrique.

Au nom du chef de l’Etat, Pr Alpha Condé, et de son Premier ministre, Dr Ibrahima Kassory Fofana, le ministre Bouréma Condé a remercié chaleureusement le Directeur général de l’Office belge des Etrangers et sa suite pour cette visite qui contribuera davantage à raffermir les relations d’amitié et de coopération entre la Belgique et la Guinée.

Avec la cellule de Com du ministère

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info