Vœux de nouvel an 2019 : le président Alpha Condé ambitionne-t-il de rester au moins 5 ans ?

Prof Alpha Condé, président de la République

Dans son discours traditionnel (Vœux de nouvel an) prononcé lundi 31 décembre 2018, le chef de l’Etat a vanté les actions réalisées par son gouvernement avant d’annoncer les perspectives pour la prochaine année.

Fustigeant toujours la volonté délibérée de l’opposition républicaine de lui mettre les bâtons dans les roues, de saboter sa gouvernance, le Chef de l’État a toujours soutenu, combattif, que nul n’empêchera le développement du pays. Une formule imagée qu’il affectionne et symbolise par un train, lequel laissera sur le quai tous les « réfractaires » au changement.

Mettant en exergue, l’impact négatif des  manifestations, il souligne d’un ton accusateur « nous avons eu une croissance à deux chiffres de 10%, malheureusement avec les différents troubles, le taux actuel sera entre 6 et 7%. » Outre, l’appel à manifester lancé régulièrement par ses opposants, irréductibles, le président regrettera aussi les conséquences de la période Ébola sur ses projections, même s’il considérera l’épidémie comme une chance. Une opportunité.

Face à cette situation, le président de la République, en appelle à un sursaut collectif, et rappelle-t-il « à tous, que soixante années plus tôt, en 1958, tous les leaders politiques de notre pays avaient surmonté leurs ambitions personnelles, pour s’exprimer en faveur de notre accession à la souveraineté internationale .» 

Et, appelant à l’abstraction de toute ambition personnelle sans préciser au bénéfice de qui, celle collective devra profiter, il soutient que « Cet exemple de patriotisme reste aujourd’hui pour notre peuple, une valeur essentielle pour la consolidation de notre histoire.»

Comme prendre sa revanche sur le temps, le professeur compte bien rattraper celui perdu. Mais, en quoi faisant ?

Flattant l’orgueil national, évoquant l’exception guinéenne dans l’attachement à la liberté de choix, à l’indépendance, le premier des Guinéens se risque dans une portée philosophique « Depuis 2010, la démocratie fait partie de notre histoire à l’image de notre indépendance. Elle est aussi un patrimoine que nous devons, précise-t-il, assumer ensemble au nom du respect de la volonté de notre peuple. »

Avec un ton magistral, à la limite martial, le premier des Guinéens lance péremptoirement que ce peuple « demeure le seul souverain.»

Cette vérité de La Palice, maintes fois répétée, trahit à coup sûr, le silence mystérieux de celui qui se projette déjà en fin de mandats « notre ambition est de faire, dans cinq ans, de la Guinée, le pays le plus électrifié de la sous-région. » Tel serait le prétexte du président Condé, à défaut de modifier notre constitution pour briguer un nouveau mandat, fera retarder la ténue de l’élection présidentielle censée mettre fin à son règne en décembre 2020.

L’État ou l’administration c’est la continuité, faut-il insister là-dessus: un défi culturel !

La Rédaction du groupe Sud Média Guinée

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info