Réduction du prix du carburant à la pompe: le gouvernement suscite la colère des Citoyens

Photo archive - Juillet 2018

Colère, pourquoi ? Ils se souviennent encore de son refus catégorique de tout recul malgré le mouvement social qui voulait le prix formulé en slogan « 8000 FG, c’est bon ».

Le gouvernement qui disait être astreint à l’observation des engagements avec les partenaires au développement, s’était engagé de respecter le principe de flexibilité. Le mouvement s’essoufflera avec de sentiments de frustration qui, aujourd’hui renaissent aujourd’hui en de sentiments de révolte à l’annonce de cette baisse du prix du carburant à la pompe, passant ainsi de 10 000 FG à 9 500 FG. Une simple réduction de 500 FG. Ils croient dans leur majorité que le gouvernement se joue d’eux !

Cette décision de l’administration Condé, annoncée au sortir du conseil des ministres de ce jeudi 27 décembre 2018, espérait ainsi trouver le contentement des citoyens.

Sauf que, comme il fallait s’y attendre, la valse de réaction s’en est suivie. Et, les réseaux sociaux n’ont pas manqué de tourner en dérision ladite décision, en la considérant même comme l’expression d’un affront délibérée.

Sur la toile, deux réactions pourraient résumer l’état d’esprit des citoyens. Frustration et ironie, l’on note celle d’un qui estime que c’est  » une insulte à la population  » et d’autre, ne manquant pas d’humour, qui lance  » C’est le cadeau de fin d’année du président Alpha Condé « 

Ras-le-bol. Et, l’indignation diversement exprimée et quelques unes pour l’illustrer.  » C’est du n’importe quoi, on voit tout dans ce pays avec ce gouvernement incapable  » s’indigne cet autre consommateur.  » Si cela se confirme que le gouvernement a fait une réduction de 500 FG sur le prix du carburant ça sera l’une des plus grandes foutaises à l’égard du peuple de Guinée  » s’interroge ce citoyen en colère.  » Une baisse du prix du litre de carburant à 9.500 francs est une aide qui ne nous aide pas à nous passer de l’aide  » a ironisé cet autre.

Peut-être que certains salueraient la décision mais la tendance va plutôt dans la frustration, traduction d’une crise sociale latente et d’importance dans le pays.

En somme, le geste du gouvernement jugé vraiment dérisoire ne reflèterait pas  le niveau réel de baisse du prix du baril à l’échelle mondiale. La mesure serait donc injuste, en tout cas, cette baisse insignifiante à leurs yeux, ne serait que de la poudre de perlimpinpin…

Thierno Oumar Diawara, journaliste-PDG du groupe Sud Média Guinée

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info