Grève des enseignants: ya t-il des infiltrés qui empêchent l’obtention des résultats ?

Monsieur Oumar Tounkara, secrétaire général adjoint du SLECG

Les syndicalistes grévistes à l’épreuve de la division : les soupçons d’infiltration  et la complicité du gouvernement.

En tout cas, un des responsables du SLECG en la personne de Oumar Tounkara serait de plus en plus isolé par ses camarades pour ses liens de complicité supposés avec le PM Ibrahima Kassory Fofana, a-t-on appris de source généralement bien informée. L’adjoint de Aboubacar Soumah serait même qualifié d’infiltré.

Selon notre source, il n’inspire plus confiance à la base et aurait-elle même souhaité sa suspension du SLECG. Les enseignants qui ont formulé cette demande estiment que le camarade Tounkara n’est pas la  » bonne personne  » pour rencontrer les autorités en leur nom. Pour rappel, le Premier ministre, chef du gouvernement a conditionné la réouverture du dialogue à la suspension de la grève générale qui perdure depuis près de trois mois.

Notons que le dernier mot revient au bureau national du SLECG qui doit d’abord mener des enquêtes avant de se prononcer sur la question.

Unis, vous serez plus forts ! Attention, les  considérations mesquine et sournoise entre deux hommes, ne doivent pas désorganiser le mouvement.

La Rédaction du Groupe Sud Média Guinée

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info