Alternance en 2020: un Guinéen de la diaspora plaide en faveur de Sidya Touré (Interview)

Monsieur Sékou Bayo, ressortissant guinéen vivant en France (Amiens)

Moins de 24 heures après la démission de Monsieur Sidya Touré de ses fonctions de Haut Représentant du chef de l’Etat, un ressortissant guinéen vivant en France, plus précisément dans la ville d’Amiens en Picardie, a bien voulu accorder une interview à votre quotidien d’informations générales et d’investigation (www.guineerealite.com). Dans cet entretien à bâton rompu, Monsieur Sékou Bayo s’est vivement réjouit du départ du leader de l’UFR avant de demander au peuple de Guinée de lui accorder un seul mandat pour remettre le pays sur les rails. Lisez plutôt !

Groupe Sud Média Guinée: Bonjour Monsieur Bayo

Sékou Bayo: Bonjour Monsieur Diawara

GSM-G: Que vous inspire la démission de Monsieur Sidya Touré de ses fonctions de Haut Représentant du chef de l’Etat ?

SB: C’est un sentiment de joie pour moi de le voir quitter ce président incapable. Monsieur Sidya Touré a accepté la main tendue du président Alpha Condé juste pour l’aider à redresser le pays, vu ses expériences. Monsieur Sidya Touré est un haut cadre compétent pour avoir fait ses preuves partout où il est passé, d’Abidjan à Conakry. Donc, il a bien fait de démissionner pour s’occuper de son parti (UFR).

GSM-G: Pour l’alternance en 2020, quel est le leader politique le mieux placé, selon vous, Monsieur Bayo ?

SB: J’ai échangé avec beaucoup de mes compatriotes sur ce sujet. La majorité de mes interlocuteurs est favorable à Monsieur Sidya Touré, le président de l’Union des Forces Républicaines (UFR) pour l’alternance en 2020. Il est l’homme qu’il faut pour la Guinée pour avoir fait ses preuves dans l’administration. Monsieur Touré est capable de mettre la Guinée sur les rails à travers le redressement de l’économie nationale. Vu son âge, le peuple de Guinée n’a qu’à juste lui accorder un seul mandat à la magistrature suprême du pays. Ce serait une très bonne chose, surtout pour l’unité de la nation guinéenne. Etant issu d’une minorité ethnique, il pourra mettre fin à la guerre ethnique qui a complètement détruit notre pays par la faute de nos politiques. Puisqu’ils ne savent pas faire de la politique, chacun se sert de son ethnie pour battre campagne. Avec Sidya à Sekhoutouréyah, on ne parlera plus d’ethnie mais plutôt de la Guinée et des Guinéens.

Monsieur Sidya Touré, président de l’UFR

GSM-G: D’aucuns parlent d’un éventuel retour de Monsieur Sidya Touré au sein de l’Opposition Républicaine. Qu’en pensez-vous ?

SB: Je conseille M. Sidya Touré de ne plus revenir au sein de cette opposition qui est tout sauf républicaine. Pour moi, une opposition républicaine fait des propositions pour la bonne gouvernance dans un pays comme le nôtre qui a en suffisamment besoin.

GSM-G: Etes vous favorable à des manifestations de rue en Guinée, une des stratégies de l’Opposition Républicaine ?

SB: Je ne suis pas contre une manifestation de rue. Mais il faudra que cette manifestation soit objective et que les organisateurs parviennent à bien cadrer les marcheurs. C’est très important.

GSM-G: A mon avis, la sécurisation d’une manifestation de rue relève de la responsabilité de l’Etat, n’est ce pas ?

SB: Bien sûr que l’Etat doit être sur le terrain à travers les forces de maintien d’ordre. Mais les organisateurs doivent aussi avoir leurs propres services d’ordre pour le bon déroulement des manifestations. Avec ces dispositifs, on pourra faire éviter les dégâts et permettre aux autres, non manifestants, de vaquer à leurs activités quotidiennes. Vous  savez, en Guinée, il ya des gens qui vivent au jour le jour. Donc, vouloir empêcher ces derniers de sortir pour avoir de quoi manger, est un grand péché.

GSM-G: Quel est votre regard sur les huit ans de gestion du président Condé ?

SB: Quelque part l’opposition est responsable de l’échec du président Alpha Condé, à partir du moment où cette opposition a accepté les résultats de la présidentielle de 2010, elle devrait lui (Alpha Condé) accorder du temps pour qu’il montre ses limites. Moi je savais déjà que Monsieur Alpha Condé est incapable. Au lendemain de son investiture M. Alpha Condé a été incapable de faire un bon casting pour mettre les cadres guinéens à la place qu’il faut. Cela veut dire les compétences ne manquent pas parmi les Guinéens de l’intérieur et de l’extérieur. Monsieur Alpha Condé a vécu presque toute sa vie en occident, donc il aurait dû apporter des innovations dans la gouvernance en Guinée. Notamment, la répartition équitable des richesses, histoire de montrer aux cadres guinéens que les biens de l’Etat appartient à tous les guinéens sans exception. Ce qui se passe en Guinée est très choquant. Quand on voit des cadres qui s’enrichissent au détriment du peuple. Les cadres guinéens ne pensent pas au peuple pour lequel ils travaillent. C’est la responsabilité de l’Etat qui fait la promotion de l’impunité. Quand on nomme un cadre à un poste juteux, l’intéressé gère comme l’héritage de son père. Les cadres guinéens se comportent comme étant les plus bénis du pays.

GSM-G: La démission de Monsieur Sidya Touré a été vivement saluée de part et d’autre. Cependant il reste un membre clé de l’UFR au sein de l’administration Condé en la personne de M. Baïdy Aribot…

SB: Franchement, je n’ai jamais fait confiance à cet homme. Les gens comme Baïdy Aribot sont en quête de leur bien être, pas plus. A la veille de la présidentielle de 2015, Monsieur Baïdy Aribot avait lancé, à Paris, le mouvement « Tout Sauf Alpha ». A l’époque, je n’avais jamais imaginé que ce Monsieur allait rejoindre un gouvernement dirigé par Alpha Condé. Ça m’a surpris de le voir vice-gouverneur de la Banque centrale guinéenne.

GSM-G: Depuis bientôt trois mois, le secteur de l’éducation nationale traverse une crise sans précédent. Les enfants sont toujours à la maison faute de consensus entre le syndicat des enseignants et le gouvernement. Que proposeriez-vous pour une sortie de crise ?

SB: Pour moi, c’est le secteur dans lequel Alpha Condé m’a de plus déçu. Il se dit professeur, qu’il a été enseignant à la Sorbonne. Malheureusement depuis son accession au pouvoir en 2010, ce secteur se porte toujours mal. Et quand je l’entends parler de développement, je me demande de quel développement parle t-il ? Car aucun développement ne serait possible sans l’éducation.
En guise d’exemple, le Singapour. Ce pays s’est développé grâce à son système éducatif. Les enseignants ont demandé 8 millions, comme salaire de base. Le problème n’est pas les 8 millions, mais plutôt les milliards de dollars détournés par ces cadres véreux qui ne foutent rien. S’ils sont devenus cadres c’est grâce à ces pauvres enseignants qui les a tous formés à un moment donné. Il faut dialoguer avec ces enseignants pour pouvoir sauver l’avenir de nos enfants. Avant  tout, ces enseignants sont aussi des citoyens guinéens. Ils ont besoin de bien vivre de leurs salaires. C’est légitime.

GSM-G: Selon vous, quelle serait la solution pour mettre fin à ce détournement qui caractérise l’administration Condé ?

SB: Pour éradiquer le phénomène, c’est simple. Il faut avoir le courage d’auditer  la gestion de tous les cadres et dans tous les secteurs. Les cadres guinéens voyagent, leurs enfants sont inscrits dans de bonnes écoles à l’étranger, leurs familles vivent bien. Elles ne se plaignent de rien.  Qu’est ce qui empêcherait l’Etat de mettre un terme à cette gabegie financière. Cet argent pourrait servir à construire des écoles, des routes des hôpitaux, bref, des infrastructures sociales de bases. Cet argent, au lieu de servir un groupe d’individu, servira toute la population guinéenne.

GSM-G: Je vous remercie Monsieur Sékou Bayo

SB: Je vous en prie.

Entretien réalisé par Thierno Oumar DIAWARA, Journaliste -Directeur de Publication de www.guineerealite.com

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info