Abidjan: le journaliste guinéen Ibrahima Diallo au conclave du rassemblement pour la Côte d’Ivoire (Discours intégral)

Le journaliste Ibrahima Diallo lors de son discours à Abidjan en Côte D'Ivoire.

Il ne s’est pas fait compter l’événement. Il a tenu à être là pour vivre cet événement grandiose à l’honneur à son ami et frère, l’honorable Guillaume Soro, président de l’assemblé nationale de Côte d’Ivoire.

Ibrahima Diallo, comme c’est de lui il s’agit, a prononcé hier dimanche 18 novembre 2018 un discours dans lequel il a rappelé les actions patriotiques menées par le chef des parlementaires ivoiriens pendant les différents régimes qui se sont succédés à la tête du pays. De Henry Konan Bédié à Alassane Ouattara en passant par Laurent Gbagbo.

Voici le discours du journaliste et essayiste guinéen devant des milliers de sympathisants et cadres proches du président Soro.

 Cher frère et cher président Guillaume Kigbafori SORO,

Cher (es) sœurs et frères,

Chers conclavistes,

Tout protocole confondu,

Permettez-moi de commencer mon propos par rappeler que je viens de la République de Guinée. En tant qu’ami et frère du président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire Son Excellence Monsieur Guillaume SORO, vous constatez déjà que je suis particulièrement ému de voir les filles et les fils du pays de l’hospitalité, rassemblés ici en ce moment historique.

Je viens effectivement de la République Guinée. Et je suis persuadé que comme là-bas, ici en Côte d’Ivoire, nous, jeunes étudiants, diplômés, activistes de la société civile, leaders d’entreprise ou leaders d’opinion avons tous la conviction qu’à travers ce congrès c’est un soleil nouveau qui se lève sur le toit de la Côte d’Ivoire et du monde. Ce jour est historique. Vous voyez la preuve dans cet impressionnant dispositif médiatique en place pour retransmettre la présente cérémonie aux quatre coins de la planète.

Je n’en dirai pas plus que cela démontre également que l’Afrique et le monde ont plus que jamais besoin de voir les ivoiriens tous ensemble sur le chantier de l’avenir politique. Cela confirme surtout que pour le présent, les ivoiriens et leurs amis du monde attendent de voir émerger de ce congrès un leadership nouveau pour une Côte d’Ivoire résolument engagée à apporter sa touche à l’Afro-optimisme.

Chers conclavistes,

Sous le président Henri KONAN Bédié, Guillaume SORO a marqué la jeunesse africaine par son leadership syndical. Sous le président Laurent GBAGBO il s’est donné corps et âme pour le succès du combat républicain contre la fratricide ivoirité. Il a été la figure de proue du retour de la paix dans ce pays. Avec le président Alassane Ouattara, il est toujours là sur le chantier de la paix et de la construction des fondements pérennes de l’Etat de droit dans lequel se reconnaissent tous à la fois les ivoiriens et les ivoiro-optimistes des quatre horizons de la terre. Soro est à l’œuvre. Il est dans la bonne dynamique. Alors, qui mieux que lui ?

Cher président SORO,

Vous avez l’attitude naturelle. Vous avez l’énergie nécessaire. Vous avez le background requis. C’est donc vous l’homme de la situation.

Depuis des années vous êtes au pied de l’étrier ; vous avez été moulé à l’esprit et à sagesse républicaine. Depuis des années, vous détenez les clés de l’édifice.

Comme feu le président HOUPHOUËT Boigny à l’indépendance ses successeurs les présidents Bédié, Gueï et Gbagbo, c’est vous le continuateur de l’œuvre de construction de la Côte d’Ivoire de notre temps. Comme le fait actuellement le président-bâtisseur Alassane Ouattara, c’est encore vous le chef de file des architectes de la nouvelle Côte d’Ivoire et par ricochet le premier et l’inégalable défenseur de l’Etat de droit de la nouvelle Côte d’Ivoire.

Chers conclavistes,

Je voudrais réitérer ici tout l’espoir que nous fondons pour un nouveau leadership politique en Côte d’Ivoire devant contribuer à encourager davantage ce pays à rester la locomotive sociopolitique d’une Afrique de l’Ouest pragmatique et entreprenante dans ce monde de révolution technologique et écologique.

Comme je vous l’ai dit, je viens de Guinée. Permettez-moi de terminer par rappeler que nos liens d’amitié et de fraternité sont séculaires ; que nous sommes et seront toujours ensemble, afin qu’après le Dieu d’Abraham, de Moïse, de Jésus et du Prophète Mohamed (PSE) nous continuons à être les vrais maitres de notre Destin commun.

Que Dieu nous bénisse !

Que Dieu continue à guider et à protéger notre cher Guillaume SORO ! Amen.

Fait à Abidjan le 18 novembre 2018

Ibrahima Diallo, journaliste et essayiste

Tél : 00224 628 541 753 / 664 50 22 47, Conakry – Guinée

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info